Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement au tabac
22 Sep 2014 | Vapotage
 

E-cigarette« Les explosions de cigarettes électroniques, c’est comme celles des iPhone. Un utilisateur parmi des millions en est victime et on ne parle que de ça ». Ou comme celles de la cocotte-minute, il y a des décennies, ont répondu les professionnels sur le salon « Vapexpo » (voir Lmdt des 22 et 16 septembre), interrogés par 20 minutes, à propos de l’incident déclaré par une habitante de Limoges (voir Lmdt du 19 septembre).

« C’est le même cérémonial pour tous les nouveaux produits, on aime bien se faire peur», balaie ainsi la société French Kiss Vap. « Le potentiel d’explosion est extrêmement faible », assure le co-créateur du suisse Nexvap. D’ailleurs, parler d’« explosion » serait excessif, selon un représentant du fabricant d’e-liquides Cigartex, qui préfère parler de « dégazage » : une situation qui peut se produire « si la batterie chauffe provoquant une sortie brutale de toute la chimie contenue dans l’e-cigarette».

Tous défendent que les produits vendus sur le marché français sont, dans leur grande majorité, garantis sans explosion. Mais encore faut-il ne pas mélanger les éléments de marques différentes … « En bons commerçants » (ajoute le quotidien gratuit), les e-cigarettiers (le terme est en train d’apparaître) ajoutent à cette précaution un choix intelligent de son matériel : « en Chine, où sont fabriquées l’écrasante majorité des e-cigarettes, il y a toutes les qualités. Pour ne pas se tromper, il faut miser sur des fabricants sérieux», avance un distributeur qui travaille avec les leaders du marché, comme Joyetech ou Innokin. « Nous avons tous les certificats et, surtout, nos ingénieurs américains, européens et chinois effectuent de nombreux contrôles » soutient l’un des commerciaux d’une autre marque.

Quant aux contrefaçons, certaines entreprises assurent s’en être prémunies en dotant leurs e-cigarettes de codes-barres, comme le suisse Nexvap : « grâce à des codes placés sur nos produits, nous pouvons tracer chacune de nos e-cigarettes et chacun de nos e-liquides, en cas de souci (…) sans oublier les contrôles sévères effectués à l’achat des batteries ».