Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement au tabac
 

La Directive Tabac européenne s’apprête à assimiler la cigarette électronique à un « produit pharmaceutique ». Aux Etats-Unis, la puissante agence fédérale Food and Drug Administration (FDA) devrait annoncer une règlementation en octobre qui assimilerait l’instrument à un produit du tabac. Dans un second volet (voir Lemondedutabac de ce jour), une dépêche AFP fait le tour d’horizon des controverses en cours.
 

• Le Centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC) a lancé un cri d’alarme début septembre avec une étude montrant une poussée de son utilisation chez les jeunes Américains, en particulier chez ceux qui n’ont jamais fumé. « La montée de l’utilisation de la cigarette électronique est inquiétante », a commenté son directeur, car la nicotine « est une drogue qui entraîne une forte dépendance ».

• Pour deux spécialistes britanniques des addictions et militants anti-tabac, le professeur Gerry Stimson (Imperial College) et l’ex-directeur de l’association anti-tabac ASH Clive Bates, l’e-cigarette est une « solution, pas un problème ».
Dans un rapport, ils fustigent la volonté de la Commission européenne de vouloir réglementer la cigarette électronique comme un médicament, qui rendrait l’appareil « plus difficile à acheter qu’un paquet de cigarettes ». Pour eux, comme pour un nombre grandissant de tabacologues, « la cigarette électronique est une alternative peu risquée à la cigarette ».

• Le pneumologue et militant anti-tabac français Bertrand Dautzenberg a un avis plus nuancé, appelant à une plus grande réglementation de cet objet qui « ne peut rester un produit de consommation courante », tout en estimant contre-productive « une réglementation qui laisserait le tabac beaucoup plus disponible que les e-cigarettes ».

• La Commission européenne, elle, persiste et signe : « les e-cigarettes doivent conserver leur rôle initial d’aide à l’arrêt du tabac pour les fumeurs. D’où notre proposition de classement en produits pharmaceutique ».

• Le monde européen des « vapoteurs » sonne le rappel contre le projet de Directive, avec une manifestation le 7 octobre à Strasbourg et une pétition recueillant 27 500 signatures en Allemagne et 37 000 en France. Le président de l’AIDUCE (Association indépendante des utilisateurs de cigarette électronique) n’hésite pas à déclarer « qu’il y a un fort risque de faire replonger » les 7 millions de vapoteurs estimés dans l’Union européenne, «  7 millions qui ont arrêté le tabac ».