Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
4 Juin 2021 | Observatoire
 

D’après un sondage Ifop, dévoilé par Le Parisien / Aujourd’hui en France, 51 % des Français sont désormais favorables à la dépénalisation de la consommation de cannabis récréatif. Cela confirme un autre sondage récent (voir 26 avril). 

Un vrai « tournant » selon l’institut de sondage Ifop qui a réalisé l’étude (questionnaire auto-administré en ligne du 11 au 17 mai 2021 auprès d’un échantillon de 2025 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus résidant en France métropolitaine).

« Pour la première fois depuis le vote de la loi de 1970, la dépénalisation du cannabis est soutenue par une majorité de Français : 51 % y sont favorables, soit un taux d’adhésion en hausse de 8 points par rapport à la dernière mesure de l’Ifop (43 % en 2017) et qui s’avère aujourd’hui deux fois supérieur à la première étude menée il y a une quarantaine d’années sur le sujet (27 % en 1977) ».

•• Ce passage de la barre « symbolique » des 50 % semble avant tout lié à une « décrispation » progressive de l’opinion.

« S’il est peu probable que la dépénalisation du cannabis soit votée d’ici la fin du quinquennat, force est de constater que l’opinion publique est aujourd’hui mûre aussi bien pour une légalisation de son usage que pour sa commercialisation sous le contrôle des pouvoirs publics » constate Gautier Jardon, chargé d’étude à l’Ifop.

•• Une large majorité des Français s’accorde, en tout cas, pour juger « inefficaces » les politiques actuelles de lutte et de répression contre la drogue, que ce soit pour prévenir les risques de santé (à 78 %, + 4 points ), limiter la consommation de cannabis (83 %) ou enrayer les trafics (84 %).

67 % des Français estiment que la « légalisation régulée » du cannabis permettrait de « reprendre le contrôle » face aux trafiquants et de mieux protéger la santé des consommateurs (+ 10 points par rapport à 2016). Voir aussi les 25 et 5 mai.