Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements liés directement ou indirectement au tabac
26 Fév 2024 | Profession
 

Au-delà de la multiplication des services offerts, les jeux représentent encore une part significative du chiffre daffaires des buralistes en Indre-et-Loire. Reportage de La Nouvelle République.

« Le Neptune » semble sinscrire comme un lieu de vie du quartier Velpeau, à Tours (photo). Avec une certaine douceur de vivre, les clients sont nombreux à se presser à l’intérieur après leur marché du dimanche matin. D’autres sont même prêts à braver la pluie et le froid pour savourer une bière en terrasse, parier ou gratter.

La tendance est encore plus marquée en milieu rural, où le bar-tabac et les jeux restent d’importants vecteurs de lien social. Un engouement qui n’est pas pour déplaire aux buralistes : l’Indre-et-Loire est un département très lucratif en la matière.

« Nous sommes très prospères là-dessus » confirme le patron du « Marigny » à Loches, où le jeu représente une grande partie du chiffre daffaires. « Le contexte dinflation et la croissance exponentielle de la misère ny changent rien, la progression de la vente des jeux est continuelle ». Néanmoins, les paris sportifs et le PMU semblent stagner depuis la crise sanitaire : « les habitués sont restés, le reste joue en ligne ». Le succès croissant des jeux à gratter serait plus saisissant, au premier rang desquels le Cash : « tout le monde y joue. Des jeunes, des vieux… Il ny a pas de costume, vous savez » assure le buraliste.

« Le grattage, cest ce qui marche le mieux », abonde un confrère à L’Île-Bouchard, où le jeu représente entre 20 et 30 % dun chiffre daffaires régulièrement amené à fluctuer. « Depuis quatre ou cinq mois, ça joue moins, les gens se serrent la ceinture. Et puis, avant, j’étais le seul en ville », dit-il, référence à l’installation d’un nouveau buraliste.

« Mon commerce fonctionne très bien. Le fait d’être assez connu dans la région maide. Les gens viennent de loin, ils savent que jai une grande amplitude horaire », remarque le patron du « Royal » à Langeais. Sur les jeux, il dresse le même constat que ses confrères. (Voir aussi 6 février)