Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement au tabac
9 Mai 2021 | L'Info
 

Dans son dernier ouvrage « La Fin d’un monde », Patrick Buisson (l’ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, analyste politique et polémiste) explore les années 1960-1975 pour mieux éclairer notre modernité, à ses yeux déshumanisée … Dont une séquence sur la destruction des lieux de sociabilité : les bistrots. Extraits.

« Le bistrot était dans les trente-six mille communes de France le plus répandu des clubs masculins (…) On l’a longtemps cru indestructible en raison même des services de toutes natures qu’il rendait à une clientèle de toutes conditions (…) 

« (…) Les statistiques le confirment : 249 000 cafés en 1946, 191 000 en 1975. Les Trente Glorieuses auront été les trente piteuses du comptoir (…) Lancée dès avant la guerre, la politique sanitaire et hygiéniste de l’État est en plein essor (…)

« Aucune des politiques répressives qui suivront n’égalera l’impact qu’aura eu sur la fréquentation des cafés l’équipement des ménages en postes de télévision. En l’espace de dix ans, le « phénomène télé » a pulvérisé le biotope bistrotier. Les salles se vident un peu avant l’heure des journaux télévisé, les relations « entre connaissances » se distendent, se fragmentent, se parcellisent.

« L’ère de la télévision inaugure celle du confinement, du repli domestique et de la désaffection pour la maison des hommes ».