Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement au tabac
18 Mar 2017 | Profession, Trafic
 

La veille de la manifestation de buralistes frontaliers – organisée par leur fédération Occitanie / Midi-Pyrénées à Tarascon-sur-Ariège (voir Lmdt des 17, 12 et 9 mars) – deux objectifs semblent déjà remplis : 

•• La solidarité de collègues – venant d’autres régions de France sur le leitmotiv « le marché parallèle, c’est partout et tout le temps » – est assurée : par exemple, des délégations de buralistes de l’Ile-de-France et des Hauts-de-France sont attendues à Toulouse, ce samedi soir ; un groupe de collègues de l’Allier prendront la route à 4 heures, ce dimanche ; tout comme ces buralistes du Var qui rouleront avec un véhicule porteur de message (notre photo).

•• La presse quotidienne régionale a déjà bien relayé le message :

 Frédéric Vergne (président de la chambre syndicale des buralistes de Corrèze), invité au journal de 7h de France Bleu Limousin, ce 17 mars : « nous serons présents avec une délégation de buralistes corréziens pour dire non à tout ce trafic qui se passe en dehors de nos frontières et à la limite de nos frontières. Tarascon-sur-Ariège est à 300 kilomètres. Ce n’est pas parce qu’on est proche ou loin qu’on est touché …car, en fait, nous sommes tous frontaliers : puisqu’ entre les transporteurs et les autocaristes, on peut aller en Andorre, en Espagne ou ailleurs pour quelques dizaines d’euros pour ramener ce qu’on souhaite en tabac. 

« Si le marché parallèle augmente, il faut en tenir compte. Il faut un véritable plan de lutte contre le marché parallèle du tabac.

« Les politiques, par rapport au sujet ?  Quand ils sont candidats, ils sont tous avec nous, et quand ils sont élus, ils revoient leur copie … ».

• Pour sa part, Alain Lirola (président des buralistes des Pyrénées-Orientales) au 19/20 de France 3 Pays Catalan, ce jeudi 16 mars, souligne le ras-le-bol complet des buralistes avec l’annonce des nouveaux prix des cigarettes (voir Lmdt du 14 mars) : « on a, actuellement, toujours le même nombre de fumeurs que dans les années 2000. Ça ne fonctionne pas et on continue à augmenter … c’est juste aberrant ».