Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
11 Fév 2019 | Profession
 

Après avoir renoué avec la croissance en 2017, avec une hausse de 2 % du total des enjeux enregistrés (voir Lmdt du 16 janvier 2018), le PMU a accusé une baisse d’activité supérieure à 2 % l’an dernier.

Dans son édition de samedi, le quotidien hippique Paris-Turf a publié un bilan d’activité pour 2018, en complément d’une interview de Cyril Linette.

•• Le total des enjeux a reculé de 2,3 % l’an dernier, par rapport à 2017 – à 9,7 milliards d’euros – le renversement de tendance s’expliquant par un pari hippique à nouveau en déclin.

Le total des enjeux hippiques a, en effet, diminué de 2,6 % l’an dernier – à 8,8 milliards – du fait d’un repli sensible du PMU sur son marché domestique, lequel pèse lourd (-3 %, à environ 7,7 milliards).

 En outre, l’international, qui gonflait ses enjeux depuis plusieurs années, a marqué le pas (-0,5 %).

 Le poker en ligne n’a pas été, non plus, porteur (-1,6 %, à 582 millions d’euros).

 Seuls les paris sportifs sur Internet ont progressé l’an dernier : +9,6 % – à 291 millions – un rythme bien moindre toutefois que l’ensemble du secteur.

•• Interrogé sur son bilan d’activité, le directeur général du PMU souligne dans Paris-Turf qu’au final le résultat net du groupement d’intérêt économique (GIE) – détenu par les sociétés mères France Galop et LeTrot – est « en recul de seulement 1,5 % grâce à des baisses de charges significatives (28 millions d’euros) ».

Le profit du PMU, versé intégralement à la filière hippique, avoisinerait 780 millions. Traditionnellement, le GIE communique son montant en avril, précise de son côté Les Échos de ce jour.

•• Toujours dans l’entretien accordé au quotidien spécialisé, Cyril Linette qualifie de « conforme » – à ce stade – à sa feuille de route le produit de la nouvelle offre du PMU, caractérisée par l’allégement du calendrier des courses et la refonte du Quinté +, son produit phare ( voir Lmdt des 31 janvier et 13 janvier).

Dans un environnement économique et social peu favorable, la baisse des enjeux a atteint -5 % en janvier, précise le directeur général du PMU, soit « un point de moins » qu’à la fin 2018.

• S’agissant du Quinté +, la baisse des enjeux est « désormais » ramenée à -5 % … à comparer à « une tendance à -9 % fin 2018 ».