Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
14 Mai 2020 | Profession
 

Les fumeurs ont-ils plus fumé pendant la durée du confinement ? (voir 13 mai)

Ils ont, en tout cas, plus acheté de cigarettes au mois d’avril 2020 que le mois précédent pour ce qui concerne l’Ile-de-France : +24 % de cigarettes et +39 % de tabac à rouler ou à tuber selon des données de Logista, reprises dans une communication de Seita (+19,5 % pour les cigarettes et +43,4 % pour le tabac à rouler, au niveau national / voir 7 mai).

•• « La fermeture des frontières liées à la crise du Covid-19 et le confinement ont empêché les fumeurs qui s’approvisionnaient sur un marché parallèle (frontières ou contrebande) et les ont obligés à effectuer leurs achats auprès des buralistes français » affirme Seita sur France 3 Paris Ile-de-France.

« Ces fumeurs existent toujours en France, ils étaient simplement sortis du réseau officiel d’achat. Ce qui explique ces hausses exceptionnelles ».

•• « Ces chiffres sont difficiles à interpréter. Il y avait eu une augmentation des prix au 1er mars, ce qui avait provoqué une diminution de la consommation » tempère le Professeur Bertrand Dautzenberg, toujours sur France 3.

Pour l’augmentation plus importante des achats de tabac à rouler, ce sont surtout ces fumeurs qui allaient auparavant se fournir à l’étranger. La hausse serait saisonnière et correspondrait à celle des deux années précédentes, estime-t-il. Pour autant, il ne pense pas qu’il y ait plus de fumeurs : « quand il y a moins d’alcool, il y a moins de tabac ».

•• La mise en place du télétravail massif « a pu modifier le comportement de chacun, mais je ne sais pas dans quel sens. Les gens qui ont des enfants et sont confinés fument moins. De même, beaucoup de gens qui allaient à leur pause cigarette ou boire des coups avec des copains après le travail, cela a pour l’instant disparu » poursuit Bertrand Dautzenberg selon lequel même si certains vont s’approvisionner aux frontières de la France ou sur le marché noir, pas question de remettre en cause la politique d’augmentation des prix pour faire baisser le nombre de fumeurs car « c’est très efficace ».

•• Les hausses de tabac, en volume, par département (entre mars et avril 2020)

Essonne : cigarettes +29 % ; tabac à rouler / à tuber +35 %
Hauts-de-Seine : cigarettes +26 % ; tabac à rouler / à tuber +43 %
Paris : cigarettes +6 % ; tabac à rouler / à tuber +20 %
Seine-et-Marne : cigarettes +17 % ; tabac à rouler / à tuber : +33 %
Yvelines : cigarettes +24 % ; tabac à rouler / à tuber +36 %
Seine-Saint-Denis : cigarettes +41 % ; tabac à rouler / à tuber +59 %
Val-de-Marne : cigarettes +36 % ; tabac à rouler / à tuber +54 %
Val-d’Oise : cigarettes +41 % ; tabac à rouler / à tuber : +56 %