Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
3 Déc 2018 | Profession
 

« J’ai cru que j’allais mourir » : un buraliste 

• Yonne. Le tabac-presse de Paron, près de Sens, n’a rouvert ses portes que ce vendredi 30 novembre. Deux jours plus tôt, vers 18 h 40, le commerce a été pris pour cible par deux braqueurs violents. 

Cagoulés, gantés et équipés d’armes de poing, les malfaiteurs ont agressé le couple de buralistes et une cliente pour pouvoir repartir avec les fonds de caisse et des cartouches de cigarettes.

Reste que le buraliste a été frappé par l’un des braqueurs et porte encore les stigmates de cette agression : ecchymoses sur l’épaule droite, agrafes derrière le crâne. Il s’est vu délivrer un certificat médical avec deux jours d’incapacité totale de travail (ITT).

« Il m’a demandé de me mettre à genoux et de regarder le sol.  Il m’a ensuite donné des coups de pieds et un coup de crosse derrière la tête. Aujourd’hui, je me dis que j’ai de la chance d’être encore en vie. J’ai cru que j’allais mourir » témoigne-t-il, les larmes aux yeux, dans L’Yonne Républicaine. 

Début du procès des agresseurs de la buraliste lilloise de 70 ans … restée infirme

• Nord. Du 4 au 10 décembre, la cour d’assises du Nord va juger le terrible braquage d’un débit de tabac dans le Vieux-Lille, il y a plus de trois ans, qui a débouché sur un drame : la buraliste de 70 ans est restée infirme, du fait de coups reçus à la tête (voir Lmdt des 6 et 1er août 2015). Insécurité des buralistes Lille 70 ans

Pour confondre les malfaiteurs, le témoignage de deux policiers aura été précieux. Ils avaient été intrigués par les allées et venues préalables près du commerce de deux hommes (66 et 24 ans) que l’enquête identifiera.

Une casquette abandonnée et des traces ADN avaient aussi permis d’identifier deux autres hommes (34 et 41 ans) ayant été aperçus en train de s’enfuir à la suite du forfait. Ces deux-là ont reconnu la tentative de braquage, mais rejettent sur les autres la responsabilité des violences à l’intérieur du magasin.

Ils ont accusé aussi le plus âgé d’entre eux d’être le commanditaire. Ce que l’intéressé a toujours nié, tout en présentant …un profil bien connu des Lillois : celui d’un homme qui, l’hiver sur la Grand-Place, contre quelques pièces, posait en père Noël auprès des enfants, le temps d’une photo.