Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
23 Juil 2018 | Profession
 

« C’est dommage de terminer comme ça » 

• Oise. Devant la salle d’audience du tribunal de Compiègne, ce vendredi 20 juillet, une buraliste de Moyvillers avait encore à l’esprit les images de vidéo-surveillance montrant un groupe de cinq hommes cagoulés et gantés en train de piller son bar-tabac.

Si quatre des malfaiteurs n’ont pas été retrouvés, un autre (58 ans et un casier judiciaire bien fourni) lui s’est bien retrouvé devant la justice, qui l’a condamné à une peine de quatre ans d’emprisonnement. En comparution immédiate.

Il était environ 4 heures du matin, dans la nuit de mercredi à jeudi, quand deux véhicules sont arrivés devant l’établissement. L’un d’eux avait forcé la devanture pour permettre aux hommes cagoulés de se faufiler à l’intérieur. Après avoir dérobé le stock de cartouches de cigarettes et des jeux à gratter, ils s’étaient enfuis à vive allure.

Pris en chasse par les gendarmes, alertés par le système de surveillance, les deux voitures s’étaient séparées. Celle que les militaires ont suivi, un Scénic volé, a pris tous les risques pour les semer. Une course d’une vingtaine de minutes qui s’est terminée à Compiègne. Le prévenu s’est alors fait attraper. Avec dans la voiture, une bonne partie du butin.

« On a envoyé les devis à l’assurance et on nous parle de cinq semaines de délais pour les réparations », souffle la gérante qui travaille dans cet établissement depuis 11 ans, « le pire, c’est qu’on devait s’arrêter cette année. C’est dommage de terminer comme ça. »

Appel à témoins

• Maine-et-Loire. Deux hommes casqués armés de bombes lacrymogènes sont entrés chez un buraliste à Cholet, en fin de journée de ce vendredi 20 juillet. Alors qu’ils exigeaient le contenu de la caisse au buraliste, le fils de ce dernier, présent ce soir-là, s’est interposé à mains nues. Face à sa détermination, les braqueurs ont utilisé leurs bombes lacrymogènes, mais ont finalement pris la décision de fuir.  Présent au moment des faits, un couple de témoins est recherché activement par la gendarmerie.