Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
26 Fév 2018 | International
 

La société d’études anglaise GlobalData vient d’éditer un rapport « Smoking Tobacco in Australia 2018 ».

À première vue, quels en sont les grands enseignements après la mise en œuvre d’une sévère politique anti-tabac combinant paquet neutre – depuis cinq ans (voir Lmdt du 1er décembre 2012) – et programmation de fortes hausses de la fiscalité ? (voir Lmdt des 22 août et 6 décembre 2017).

•• La prévalence tabagique des adultes est descendue à 14,9 %. Mais cela correspond à une décroissance régulière, entamée bien avant le paquet neutre qui n’a pas particulièrement accéléré le phénomène. Nous en étions à 30 % en 1990. « Cependant, il semble bien que la proportion des fumeurs se soit stabilisée » précise Ranjan Singh, tobacco markets analyst chez GlobalData.

•• À noter parmi les comportements de ces fumeurs : le net développement du segment du tabac à rouler, souligné par GlobalData.

• En 2007. Les cigarettes représentaient 92,4 % du marché du tabac ; le tabac à rouler : 6,8 % (le solde revenant au tabac à pipe).

• En 2017. Les cigarettes : 86,9 % ; le tabac à rouler : 12,6 %.

•• Le tabac à rouler n’ayant pas, apparemment, une fiscalité nettement plus favorable – et des prix fortement attrayants – en Australie, une explication vient à l’esprit : certains fumeurs opteraient pour le tabac à rouler car il serait plus facile à mélanger avec du tabac, à bas prix cette fois, acquis sur le marché parallèle : le « chop-chop » (photo), le nom que l’on donne en Australie au tabac à rouler de contrebande. Et qui se montre de plus en plus présent, selon les observateurs locaux.

Il faut y voir qu’une hypothèse qui nous est propre.