Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
4 Juil 2021 | Pression normative
 

Depuis ce vendredi 2 juillet, sur le territoire de la municipalité alsacienne d’Obernai (10 000 habitants, à 28 kilomètres de Strasbourg), chaque bout de papier ou mégot abandonné sur un trottoir sera sanctionné par une amende de 1 000 euros.

L’enjeu pour la municipalité : créer un électrochoc, quand cette sanction était réservée jusqu’ici aux dépôts sauvages. Cette initiative est inédite sur le territoire français.

« La ville propre, c’est l’objectif numéro un » affirme, dans un reportage de TF1, Alexandre Parmentier, du pôle logistique et technique de la ville. La municipalité justifie ce choix par une multiplication des incivilités depuis la fin du couvre-feu.

•• Mais l’initiative ne convainc pas tout le monde. « Plutôt que de demander ces 1000 euros, pourquoi ne pas investir dans Obernai, pour mettre un peu plus de cendriers, et éviter aux gens de les jeter par terre ? », s’interroge une fumeuse non sans bon sens.

Un autre habitant ironise : « quelque part, c’est un petit peu un comble : s’il y avait des endroits pour jeter nos mégots, il y en aurait beaucoup moins par terre ».

•• En France, l’amende pour jet de déchet sur la voie publique se monte à 135 euros si elle est payée « immédiatement ou dans les 45 jours suivant le constat d’infraction », précise le site service-public.fr. Passé ce délai, la douloureuse monte à 375 euros, et peut encore grimper jusqu’à 1 500 euros si elle n’est toujours pas payée après passage en justice.