Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement au tabac
2 Oct 2016 | Trafic
 

Douanes Contrôle Luxembourg« Des gens simples, âgés de 30 à 55 ans, que l’on croise tous les jours dans les commerces du village ». Ainsi, le journaliste de la Voix du Jura décrit les neuf Jurassiens appelés à la barre du tribunal correctionnel de Lons-le-Saunier, le 20 septembre dernier.

Pour trafic de tabac depuis le Luxembourg.

• Le pot aux roses : le 8 mai 2013, un véhicule refuse d’obtempérer aux signes d’arrêt des douaniers postés sur un rond-point de Saint-Sauveur en Haute-Saône. Il s’ensuit une course-poursuite sur deux kilomètres se soldant par l’arrestation des deux personnes à bord et la découverte, à l’arrière et dans le coffre, de 429 pots de tabac à rouler, 255 cartouches de cigarettes et 35 boîtes de cigarillos. Près de 18 000 euros aux tarifs homologués en France.

• L’enquête : elle est facilitée par le relatif amateurisme des contrebandiers. Une feuille, avec des calculs explicites, oubliée dans le véhicule : et un tas de renseignements complémentaires retrouvés sur l’ordinateur de l’épouse du conducteur : noms de clients, commandes détaillées, récapitulatif des sommes versées, adresses …

Sept « petites mains » – accompagnant le chauffeur au Luxembourg ou assurant les livraisons à domicile dans tout le nord du Jura – sont prestement identifiées.

• Le mode opératoire : le conducteur récoltait commandes et l’argent de ses contacts en début de mois et choisissait un jour tranquille pour le voyage. Entre 8 et 9 heures, aller-retour. Les douaniers ont identifié au moins quatorze voyages en deux ans. Et ils ont formellement reconstitué le contenu de 173 000 euros d’achats au Luxembourg. Pour une tonne et demie de tabac.

À l’autre bout de la chaîne, une trentaine de particuliers, acheteurs réguliers, ont été identifiés. Certains devaient revendre à leur tour.

• Les prévenus : la majorité n’ont pas de casier judiciaire. Seules deux femmes ont déjà été condamnées pour grivèleries et un homme pour blessures involontaires sous état d’alcoolémie. Plusieurs sont au chômage. Les autres disposant des revenus faibles. « Des gens simples ».

• Le procès : la Douane demande 133 000 euros pour la « livraison » de mai 2013. Et 172 000 euros pour le reste.

Le ministère public requiert six à dix-huit mois de prison avec sursis. La défense sollicite la clémence du tribunal pour des gens « qui ne sont pas des délinquants, ni des trafiquants habituels ».

Mis en délibéré, le jugement sera rendu le 15 novembre.