Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement au tabac
28 Juil 2015 | Profession
 

PMI iQOSSelon le quotidien suisse Le Matin de ce lundi 27 juillet, les vaporisateurs de tabac de Philip Morris – iQOS – seront commercialisés début août dans certaines villes suisses, dont Genève, Lausanne et Neuchâtel.

Mis au point en grande partie dans le « Cube » du cigarettier à Neuchâtel et fabriqué dans l’usine-pilote de Zola Pedrosa (Italie), l’iQOS a déjà été testé et commercialisé à Nagoya et à Milan (voir Lmdt des 11, 13 et 17 octobre 2014).

L’article rappelle que, malgré sa ressemblance avec une cigarette électronique puisque dotée d’une batterie, elle s’en distingue par le fait qu’elle contient du tabac qui est chauffé et non brûlé. Un « stick » de tabac (Marlboro pour commencer) est introduit dans un étui qui le chauffe à environ 350 degrés, contre 800 degrés pour une cigarette ordinaire. Ce procédé dégage un nuage « vaporisé » avec de la nicotine que le fumeur peut aspirer.

La nocivité de la fumée du tabac serait ainsi réduite de 90%, ce système éliminant les substances nocives générées par la combustion (monoxyde de carbone et goudrons, en premier lieu). Le fabricant insiste bien sur le fait que son nouveau produit est destiné « aux fumeurs qui cherchent une alternative à la cigarette traditionnelle ».

Argument déjà contesté par les porte-paroles des associations anti-tabac helvétiques, pour lesquelles cela reste avant tout du tabac. Le débat ne fait que commencer.

Et en France ? Les incertitudes, dues aux projets de Marisol Touraine (paquet neutre et suppression de la PLV), ne sont guère favorables à ce genre de lancement. A priori.