Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement au tabac
24 Fév 2017 | Vapotage
 

L’organisation de la seconde édition du « Sommet de la vape », le 20 mars prochain à Paris (voir Lmdt du 19 février), repose sur un financement participatif (le palier minimum étant de 6 670 euros), fermé aux entreprises pour des raisons d’indépendance. Dans un communiqué, le président de la Sovape, Jacques Le Houezec, a lancé un appel aux utilisateurs ainsi qu’à toutes les parties prenantes (autorités et professionnels de santé). Extraits. 

« Le premier Sommet de la Vape a été un incontestable succès qui a permis de rapprocher les avis des instances dirigeantes de plusieurs acteurs de santé publique, des usagers et des professionnels du secteur (voir Lmdt des 14 et 28 mai 2016).

• « Le but de ce second Sommet, qui compte tenu du calendrier électoral aura lieu le 20 mars 2017, est de poser les questions indispensables concernant les politiques de santé qui seront mises en place après ces élections. Quelle que soit l’issue de ces élections, la vape doit trouver sa place dans les politiques de santé si nous voulons enrayer la mortalité due au tabagisme (…) La vape est une solution qu’il ne faut pas négliger, car elle engage la majorité des fumeurs qui ne passent pas par un parcours de santé pour essayer d’arrêter de fumer, c’est le cas d’environ 80% d’entre eux. Cependant, pour y arriver, il convient aussi que les professionnels de santé et les autorités sanitaires mettent en avant, sans ambiguïté, cette solution qui a marché en France pour plus d’un million de fumeurs, déjà.

 « C’est pour toutes ces raisons que j’appelle toutes les personnes concernées, et avant tout les utilisateurs, qui par l’auto-support ont fait de cette technologie l’avancée la plus significative de tous les temps sur les méfaits du tabagisme, à nous rejoindre et à nous aider à faire de ce deuxième Sommet de la vape un succès au moins aussi grand (…)

« Il convient donc que toutes les parties prenantes, en particulier les autorités et les professionnels de santé, ainsi que les utilisateurs nous aident. Les uns et les autres par leur présence indispensable, mais aussi par leur soutien financier, même le plus modeste, afin que ce Sommet, comme le premier soit, et reste, totalement indépendant ».