Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement au tabac
2 Août 2017 | Profession
 

Nombre de buralistes ont été surpris des conditions d’entrée en vigueur de nouveaux prix pour certains produits du tabac, lundi dernier, le 31 juillet (voir Lmdt des 18 et 17 juillet). Il est vrai que ces genres de changements, pile entre les deux mois de la saison, ne sont pas faciles à opérer pour les professionnels.

Entre ceux qui sont en sur-activité et d’autres qui rentrent de courts congés : difficultés dans la gestion financière des stocks, déperditions d’informations, adaptations problématiques aux demandes d’une clientèle qui change momentanément, questions sur des références qui elles-mêmes connaissent des mouvements de prix ou de noms pas toujours compréhensibles, etc.

Tout cela avec le paquet neutre, ne l’oublions pas.

Et encore, il est toujours fort probable que la publication d’un nouvel arrêté d’homologation se fasse en novembre (voir Lmdt du 20 juin). Rebelote ?

Si l’on ajoute à cela, la tension suscitée par les annonces gouvernementales sur le paquet à 10 euros, on comprend qu’un certain énervement et une inquiétude certaine couvent.

Il se confirme, encore une fois, qu’un réseau de préposés de l’administration, de l’importance de celui des buralistes, a besoin d’être respecté comme tel et de disposer de visibilité, ainsi que de clarté, pour exercer son travail.