Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
14 Oct 2021 | Institutions
 

Tandis que s’ouvrent les inscriptions pour le Mois sans tabac (voir 5 octobre 2021) qui a accompagné en 2020 dans la région près de 90 000 fumeurs décidés à lâcher la cigarette, 20 Minutes s’est demandé pourquoi les Occitans étaient plus nombreux à fumer que les autres.

Deux pistes évidentes pour Anne Stoebner, médecin tabacologue à l’Institut du cancer de Montpellier : la précarité des ménages et la proximité avec l’Espagne et l’Andorre.

L’Occitanie est en troisième position derrière les Hauts-de-France et Provence-Alpes-Côte-d’Azur pour la prévalence tabagique : 30,3 % des adultes contre 25,5 % au niveau national selon la dernière étude de Santé Publique France.

•• Selon Anne Stoebner, les personnes confrontées à de bas revenus et à des difficultés financières sont celles qui « ont le plus de risque de fumer ».

Et en la matière, l’Occitanie bat de tristes records. Derrière la Seine-Saint-Denis, ce sont des départements d’Occitanie qui complétaient en 2019 le top 5 du nombre d’allocataires du RSA (Revenu de solidarité active), selon les derniers chiffres disponibles auprès de l’Observatoire des territoires : les Pyrénées-Orientales, l’Aude, le Gard et l’Ariège.

Autre exemple de la précarité du territoire, au deuxième trimestre 2021, l’Occitanie était la région souffrant du taux de chômage le plus important en métropole (9,4 %, selon l’Insee).

•• « Nous constatons que 27 % des personnes disent avoir effectué leurs derniers achats de cigarettes en Espagne ou en Andorre », poursuit-elle. « L’augmentation du prix du paquet fonctionne très très bien au centre de la France, mais beaucoup moins dans notre région qui a des frontières intéressantes pour l’achat de cigarettes. Nous avions même démontré, à Epidaure, que le taux de fumeurs, chez les jeunes, dépendait de la proximité avec la frontière espagnole. Plus les jeunes en étaient éloignés, moins ils fumaient de cigarettes, moins ils avaient de risques d’être fumeur. »

•• Dernier facteur, la météo. « Le climat, clément, permet de fumer relativement facilement », explique le médecin tabacologue.