Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement au tabac
12 Nov 2012 | International, Trafic
 

Sous l’égide de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), 176  pays viennent d’entériner, ce lundi 12 novembre, un protocole international de lutte contre la contrebande du tabac.

« C’est un traité qui change la donne » a déclaré Margaret Chan (directrice générale de l’OMS) à Séoul où est réunie, pour la circonstance, la « Conférence ministérielle des parties de la convention-cadre de l’OMS sur la lutte anti- tabac » (FCTC). « Ce protocole donne au monde un instrument méthodique pour contrer, et à terme éliminer, une activité criminelle internationale très sophistiquée et qui contourne les mesures prises pour faire baisser la demande, comme les taxes ou les hausses de prix » a t’elle précisé.

Concrètement, le protocole prévoit une procédure globale de suivi et de traçabilité des produits à travers un système d’étiquetage. Par contre, aucune mention n’est faite de la nécessaire harmonisation des prix. Ni même de l’intérêt d’avoir un réseau dédié, sous tutelle des États, afin de sécuriser la vente au détail. Pour ne citer que ces exemples.

On remarquera que l’OMS (qui appelle de ses voeux, par ailleurs, les paquets génériques) a mis cinq ans pour aboutir à ce protocole. Et que certains pays importants ne sont pas « Etats-parties de la convention », dont les Etats-Unis, l’Indonésie et l’Argentine.

Toujours à cette occasion, on a appris qu’une société d’études de Washington (International Tax and Investment Center), estime à 11 % la part du marché mondial du tabac relevant de la contrebande.