Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
17 Sep 2021 | Trafic
 

Depuis des années aux Mureaux (Yvelines), le trafic de cigarettes s’établit à l’entrée du quartier de la Vigne-Blanche.

Du matin jusqu’à tard le soir, des revendeurs s’installent à proximité d’un rond-point et hèlent les automobilistes et les passants … (voir 29 novembre 2016). Mais le 26 août dernier, une patrouille de police de passage assiste à une transaction.

Le vendeur est pris en filature jusqu’à un foyer pour travailleurs à proximité. En le suivant discrètement dans les couloirs, les policiers identifient sa chambre, d’où il sort les bras chargés de paquets. L’endroit où il stocke sa marchandise est ainsi repéré, explique 78 actu.

•• Le 9 septembre suivant, ce même suspect est vu par un opérateur de vidéosurveillance en train de vendre des cigarettes dans la rue. Un grand nombre de policiers est envoyé sur place. Pris la main dans le sac, le vendeur à la sauvette est arrêté après avoir tenté de fuir, sa chambre perquisitionnée : 470 paquets de cigarettes, 14 000 euros en liquide et des documents au nom d’un autre individu, déjà fiché pour de la contrebande de tabac.

•• Durant ses auditions, l’individu a admis vendre quotidiennement des cigarettes à cet endroit. En revanche, sur la saisie, il ne reconnaît la propriété que de 16 cartouches et 497 euros.

Selon ses déclarations, le reste appartient à son colocataire, l’homme dont on a retrouvé les documents dans la chambre. Ce dernier a été interpellé le lendemain dans les rues des Mureaux. En garde à vue, il a déclaré être le propriétaire d’une trentaine de cartouches. Pour l’argent retrouvé, il a expliqué qu’il s’agissait des bénéfices réalisés en un an de vente à la sauvette. Sur la période, les deux ont amassé la somme de 14 000 euros.

•• Le premier individu, en situation irrégulière, a bénéficié d’une procédure de plaider-coupable et s’est vu signifier une obligation de quitter le territoire. Le second a été condamné à six mois de prison, dont trois ferme, et placé sous mandat de dépôt. L’enquête n’a pas permis d’identifier la nature ( contrefaçon ou pas ) ni la provenance des cigarettes.