Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
27 Avr 2021 | Vapotage
 

Dans le dernier numéro du Losange, la parole est donnée à Olivier Partouche, directeur général de Republic Technologies International (marque de vape E-CG qui a repris récemment So Good / voir 1er octobre 2020 et 17 mars 2021). Extraits.

•• Olivier Partouche : Nous devons être attentifs aux discussions au niveau européen mais aussi en France. Je regrette que les institutions européennes envisagent de regrouper dans une seule catégorie les produits du vapotage et les produits du tabac et que les produits du vapotage puissent faire l’objet d’une fiscalisation ou que la communication soit aussi limitée.

Nous considérons que les e-liquides devraient bénéficier d’une réglementation à part, spécifique et adaptée.

Il existe des exemples intéressants comme l’avis favorable des autorités sanitaires britanniques sur la vape. Gageons que les pouvoirs publics français sauront encourager les produits du vapotage et leur conférer un statut distinct des produits du tabac. 

Que manque-t-il au réseau des buralistes pour pleinement prendre le marché en main ?

• Olivier Partouche : Les orientations prises par le réseau, sous l’impulsion de la Confédération et de son président, Philippe Coy, vont dans le bon sens. Au plus fort de la crise, nous avons pu voir combien ils sont devenus des commerçants d’utilité locale. Je crois à cette évolution de la profession qui devrait encore se renforcer afin que les buralistes deviennent de véritables « drugstores » du quotidien.

C’est là que les produits du vapotage prennent tout leur sens : participer de cette Transformation. Pour ce faire, il est important de donner à cette catégorie de produits toute la place qu’elle mérite et donc ne pas hésiter à investir dans un mobilier adapté et spécifique.

Selon l’étude indépendante eCig Intelligence, la part de marché de la vape dans le réseau des buralistes représente 20 % en 2020 alors qu’elle n’était que de 10 % en 2017. Cette progression montre tout l’intérêt et la pertinence de cette catégorie de produits au sein du réseau.

Êtes-vous optimiste pour votre société et pour le secteur de la vape en 2021 ?

•• Olivier Partouche : Il convient de rester prudent par rapport à la crise sanitaire que nous tra- versons encore.

La France reste un marché très porteur pour trois raisons principales : la hausse du prix du tabac qui vient stimuler la demande sur les e-cigarettes, la visibilité croissante de cette offre chez les buralistes et l’innovation et la qualité des produits.

Les consommateurs attendent des produits de qualité mais aussi avec des arômes particulièrement travaillés parce que nous sommes au pays de la gastronomie et du parfum.