Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements liés directement ou indirectement au tabac
19 Nov 2015 | Pression normative
 

Gérard SebaounCe soir, à l’Assemblée nationale, le texte confirmant l’état d’urgence a été adopté à la quasi-unanimité. Quasi, car six députés ont voté contre ce texte qui prolonge de trois mois et muscle l’état d’urgence, en intégrant quelques amendements de l’opposition : trois écolos et trois socialistes.

Parmi les trois députés socialistes, Gérard Sebaoun, député du Val-d’Oise mais aussi rapporteur de la partie tabac du projet de loi Santé de Marisol Touraine qui doit être discuté, apparemment de façon expéditive, mardi prochain (voir Lmdt de ce jour).

Gérard Sebaoun qui, récemment en commission des affaires sociales, « s’honore » de son combat pour le paquet neutre et n’hésite guère à invoquer un autre état d’urgence face aux buralistes : « leur réaction, je peux la comprendre. Mais nous faisons œuvre de santé publique » (voir Lmdt du 10 novembre).

Gérard Sebaoun qui n’est pas étranger aux quelques « éclats de voix » survenus lors d’une récente audition de Pascal Montredon et Jean-Luc Renaud (secrétaire général de la Confédération) au Palais Bourbon (voir Lmdt du 22 octobre).

Le député du Val-d’Oise insistant déjà sur l’urgence de cette « mesure d’avant-garde » qu’est le paquet neutre.