Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
13 Juil 2012 | Trafic
 

Les associations anti-tabac n’avaient pas encore fait entendre leur voix sur l’étude KPMG/Philip Morris (voir Lemondedutabac du 10 juillet) et sur les éventuelles conséquences à en tirer en termes de santé publique. Le Comité national contre le Tabagisme (CNCT), dans un communiqué, vient de lancer une alerte « sur une initiative de désinformation majeure ».

Yves Martinet, son président, déclare : « cette stratégie de désinformation et de manipulation ne se limite pas à la France : elle vise à déplacer en permanence le problème de santé publique que constitue la consommation de tabac et à empêcher l’adoption des mesures efficaces ». Pour l’association, qui conteste les chiffres diffusés par l’étude de KPMG, « ce phénomène des pseudo-études et de chiffres alarmistes diffusés à des moments très opportuns est une tactique régulière des fabricants de tabac ».

Le CNCT affirme par ailleurs que « l’implication des fabricants de tabac dans l’organisation de la contrebande est bien établie ». « Si l’on veut lutter efficacement contre la contrebande, c’est d’abord en contrôlant l’approvisionnement des produits au travers d’un système de suivi et de traçabilité des produits et de surveillance des fabricants de tabac » rappelle Emmanuelle Béguinot, directrice du CNCT.

Rappelons que les fabricants ont déjà mis en place ce type de systèmes, en liaison avec les autorités douanières des différents marchés .