Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
26 Sep 2017 | Vapotage
 

À partir de ce dimanche 1er octobre entre en vigueur le décret « relatif aux conditions d’application de l’interdiction de vapoter dans certains lieux à usage collectif » (voir Lmdt du 27 avril).

•• « Vapoter » n’est pas permis « dans les établissements scolaires et les établissements destinés à l’accueil, à la formation et à l’hébergement des mineurs », mais aussi « dans les moyens de transport collectif fermés » (train, bus, métro…) ainsi que « dans les lieux de travail fermés et couverts à usage collectif ».

Ainsi, dans une entreprise, on peut vapoter dans un bureau individuel.

De même, les établissements ouverts au public échappent à l’interdiction (par exemple : les bars et restaurants). Cependant, un règlement intérieur ou un arrêté municipal peut décider d’interdire le vapotage.

Les responsables des locaux concernés devront afficher l’interdiction et seront susceptibles d’avoir une amende de classe deux (450 euros), les vapoteurs étant hypothétiquement redevables de 150 euros.

•• Cette nouvelle pression normative a-t-elle un impact sur le marché de l’e-cigarette, par ailleurs en plein développement ? Tour d’horizon des Échos à l’occasion du salon Vapexpo (voir Lmdt du 18 septembre).

Selon l’étude réalisée par Xerfi (voir Lmdt du 6 septembre), la France compte un noyau de 1,2 million d’utilisateurs quotidiens « matures vis-à-vis du produit, susceptibles de renouveler leur matériel et d’opter pour des gammes de produits premium ». D’autres professionnels évoquent un chiffre de 2 millions de consommateurs. Pour l’avenir, le cabinet prévoit des ventes en hausses de 5 à 10 %, en 2017, à environ 350 millions d’euros.

« Une progression alimentée ces derniers mois par le paquet neutre, et l’augmentation des prix des cigarettes classiques prévue de trois euros d’ici 2020 qui poussent les fumeurs à s’arrêter », pronostique l’article.

Si les professionnels « 100 % vape » se sont structurés, avec une fédération (la Fivape), et des salons, le nombre de boutiques spécialisées est redescendu à 2 243 en juin 2017. Le tout avec une concentration autour de quelques enseignes leaders comme J Well, Vapostore ou encore Clopinette. Lequel se donne pour objectif d’avoir 200 points de vente en 2020 contre 90 aujourd’hui, toujours d’après Les Échos.

Sans oublier la montée en puissance des industriels du tabac sur ce créneau, via les buralistes. Par exemple, BAT a développé une gamme aux formes rondes et aux cartouches rechargeables baptisés Pebble (galet en anglais), spécialement dessinée pour tenir dans la paume des adultes. Des produits exclusivement vendus chez les buralistes. Le groupe estime avoir 4 % de part de marché (2016) et ambitionne d’être présent dans 10 000 bureaux de tabac d’ici novembre 2017. 

• Côté fabricants (uniquement de produits du vapotage), la France a la particularité d’avoir développé toute une filière de producteurs de liquide. InnovA (marque Nhoss), basée à Bondues dans la métropole lilloise, fait venir de Chine la partie électronique mais ses liquides sont produits à Grasse.

Les consommateurs exigeant des goûts de plus en plus fous : cherry cola, muffin myrtille ou même l’imitation de plats cuisinés (spéculos cannelle, café torréfié ou chocolat fondant). Nhoss réalise l’ajout de la nicotine dans un laboratoire pharmaceutique à Merville dans le Nord.

Certains de ses concurrents ont développé des gammes de produits « fait maison », où ils vendent un liquide de base (du propylène glycol ou de la glycérine végétale) et de la nicotine selon différents usages à mélanger avec des arômes. L’usager doit alors utiliser des flacons, pipettes, entonnoirs pour remplir et mélanger.

De cette manière, le consommateur peut régler plus finement les goûts et les quantités de nicotine consommés, mais ce pourrait être aussi un moyen pour les vendeurs de contourner les règles de la Directive européenne Tabac (flacon de de 10 ml et taux de nicotine inférieur à 20 mg/ ml).