Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements liés directement ou indirectement au tabac
20 Oct 2023 | Profession
 

Sept Roumains ont été mis en examen et placés en détention provisoire dans le cadre d’une vaste enquête concernant plus de 230 vols présumés réalisés dans près de 25 départements français, a annoncé, ce 17 octobre, le parquet de Rennes.

Nous reprenons la dépêche AFP sur le sujet.

•• À partir de mi-juillet, un phénomène de « cambriolages sériels », dans des garages, restaurants, stations-services ou encore bars-tabacs a commencé à avoir lieu dans les Pays de la Loire et en Poitou-Charentes, a expliqué dans un communiqué le procureur de la République de Rennes Philippe Astruc.

« Les auteurs de ces cambriolages étaient en mesure de commettre jusqu’à dix vols dans une même nuit », a relaté le magistrat. Le 22 août, dans le Loir-et-Cher, les malfaiteurs présumés profitaient de la puissance de véhicules haut de gamme pour se soustraite aux forces de l’ordre « jusqu’à foncer délibérément sur un véhicule de fonctionnaires de police qui tentaient de procéder à leur contrôle lors d’un cambriolage », d’après la même source.

« Devant l’ampleur du phénomène », le parquet Jirs (Juridiction interrégionale spécialisée) a été saisi et une information judiciaire ouverte fin août. L’enquête a permis de cibler un groupe originaire de Roumanie et localisé à Poitiers, selon M. Astruc.

•• Une opération de police, avec 180 militaires et une cinquantaine d’enquêteurs, a été déclenchée le 11 octobre à Nantes, Poitiers, Béziers et Lyon. À l’issue des perquisitions et des auditions, dix personnes ont été présentées devant un juge d’instruction. 

Sept hommes, âgés de 21 à 31 ans, déjà connus de la justice pour des faits de vols, ont été mis en examen notamment pour vols commis en bande organisée et participation à une association de malfaiteurs. L’un d’eux a aussi été mis en examen pour tentative de meurtre pour avoir foncé en voiture en direction d’un policier.

Trois femmes, âgées de 18 à 23 ans et compagnes des suspects, ont été mises en examen pour recels de vols commis en bande organisée et participation à une association de malfaiteurs. Elles ont été placées sous contrôle judiciaire. Les mis en cause encourent une peine de 15 ans de prison et 375 000 euros d’amende.