Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
2 Mar 2020 | E-cigarette
 

La quasi-totalité des dispositifs de cigarettes électroniques (devices), commercialisés sur le marché français, sont produits et assemblés en Chine.

Et même si la majorité des e-liquides viennent de France ou d’Europe, certaines références correspondent aussi à des liquides chinois.

C’est pour cela que beaucoup de regards sont rivés sur la Chine et la façon dont est gérée, dans les usines, la crise du Coronavirus.

•• « Concernant l’approvisionnement en matériel de vapotage , il y a eu déjà quelques soucis de délais. Mais nous pouvons toujours avoir le stock nécessaire et le garantir concernant les fournisseurs avec lesquels nous avons un partenariat étroit » nous indique une grossiste travaillant directement avec des acteurs industriels de la vape basés en Chine.

« Et nous savons que certains confrères sont déjà en ruptures sur les résistances les plus demandées. Il semblerait qu’il y a, aussi, des soucis d’approvisionnement avec des fournisseurs de e- liquides dépendant d’usines chinoises. »

•• Pour en revenir aux devices, « les couvertures de stock sont encore bonnes mais le risque est bien là si la situation actuelle perdure en Chine pendant encore plusieurs semaines » nous déclare le patron d’un acteur important de la vape chez les buralistes. « Or, d’après nos informations, les usines chinoises reprennent peu à peu le travail et nous en saurons plus à la fin de cette semaine. »

•• Il faut savoir que beaucoup de personnels de ces usines ont été surpris par l’épidémie au moment où ils séjournaient dans leurs villes ou villages de naissance à l’occasion du Nouvel an chinois. Et depuis, un certain nombre ne reviennent dans leurs usines (fermées dans un premier temps) que progressivement, en fonction des mesures prises dans les foyers les plus infectés.

Alors que le gouvernement chinois a demandé aux usines de ré-ouvrir à partir des 12 ou 17 février (en fonction de leur éloignement de la zone de départ de la propagation, c’est à dire la province de Hubei et sa capitale Wuhan), ces problèmes de personnel pèsent donc sur le redémarrage d’une production qui, par ailleurs, fait appel à une kyrielle de sous-traitants confrontés aux mêmes difficultés.

•• Conclusion de notre interlocutrice grossiste : « il ne reste pas moins que la situation se rétablit progressivement mais sûrement, alors que nous sommes dans la saison où les usines de vapotage tournaient à plein régime. « On espère un retour à la normale au plus tôt, sans doute au mois de mai. »