Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
26 Août 2014 | International, Vapotage
 

OMSDans la série de recommandations sur la cigarette électronique, publiées ce mardi 26 aout en vue de la conférence des parties à la convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac (en octobre à Moscou), l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a opté pour une ligne ferme  : interdiction de la vente aux mineurs et de son usage dans les lieux publics fermés (voir Lemondedutabac de ce jour).

« Les données existantes montrent que l’aérosol produit par les inhalateurs électroniques de nicotine (pour le prototype le plus fréquemment utilisé) n’est pas simplement de la « vapeur d’eau » comme le prétendent souvent les stratégies de marketing de ces produits », explique l’OMS dans son rapport, « l’utilisation de ces dispositifs présente un danger grave pour l’adolescent et le fœtus (…) et accroît l’exposition des non-fumeurs et des tiers à la nicotine et à un certain nombre de substances toxiques ».

E-cigaretteAussi, l’OMS recommande d’interdire aux détaillants de vendre ces produits aux mineurs et d’éliminer les distributeurs automatiques « presque partout ». Les experts veulent aussi interdire l’utilisation des cigarettes électroniques dans les lieux publics fermés « surtout là où il est interdit de fumer, jusqu’à ce qu’il soit prouvé que la vapeur exhalée n’est pas nocive pour les tiers ».

Quant aux fabricants, ils ne pourraient plus affirmer que ces produits sont « des aides au sevrage tabagique » jusqu’à ce qu’ils fournissent des données scientifiques probantes et obtiennent une approbation réglementaire.

D’après l’OMS, « les éléments de preuve sont suffisants pour mettre en garde les enfants et les adolescents, les femmes enceintes et les femmes en âge de procréer contre l’utilisation d’inhalateurs électroniques de nicotine parce que l’exposition du foetus et de l’adolescent à la nicotine a des conséquences à long terme sur le développement du cerveau ». L’organisation internationale se montrant moins dure quant à l’utilisation par des fumeurs adultes réguliers, en remplacement des cigarettes classiques, et au risque lié au vapotage passif.

Dans son rapport, l’ OMS recense l’existence de 466 marques de cigarettes électroniques en 2014 et évalue à 3 milliards de dollars (environ 2,27 milliards d’euros) le marché mondial pour ces produits en 2013. Les ventes devraient être  multipliées par dix-sept d’ici à 2030.