Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement au tabac
3 Jan 2022 | Observatoire
 

L’arrêté publié au Journal officiel, ce vendredi 31 décembre, interdit donc la vente et la consommation de « fleurs ou de feuilles brutes de chanvre « sous toutes leurs formes, seules ou en mélange avec d’autres ingrédients ».

Premières réactions recueillies dans Le Parisien. Extraits.

•• Pour Nicolas Authier, président de la Commission des Stupéfiants et Psychotropes de l’ANSM (Agence nationale de Sécurité  du Médicament) : « on laisse des produits (huiles, crèmes, etc.) à vertus autothérapeutiques à la vente ( …) Cette décision est donc avant tout un moyen d’enterrer ce qui est apparu ces dernières années comme un début de légalisation du cannabis en France, ce à quoi le Gouvernement semble fermement opposé », nuance l’addictologue.

« Ce qui serait vraiment intéressant, vu que ces produits touchent très souvent à des questions de santé, (sevrage, douleur, troubles du sommeil, etc.) ce serait de mettre une véritable réglementation en place pour s’assurer de la qualité des produits vendus ainsi que des conseils donné », juge Nicolas Authier.

•• « Le chanvre brut équivaut à un marché de plus d’un milliard d’euros, contre moitié moins pour les produits transformés », explique Aurélien Delecroix, directeur de The Green Leaf Company, et président du Syndicat professionnel du chanvre.

« La viabilité de nombreuses entreprises en dépend » poursuit-il, « en France, il y a environ 2 000 boutiques dédiées au CBD, avec un petit moins de 3 salariés par boutiques, donc si vous leur enlevez la quasi-totalité de leurs revenus, le risque de faillites et de licenciement devient énorme ! » juge Aurélien Delecroix.

•• L’interdiction de la vente de plants et de la pratique du bouturage « entérine le fait que la France se confine au dernier rang en matière de production », relève le président du syndicat. « Si nos voisins sont les seuls à pouvoir obtenir des variétés génétiques intéressantes, notamment en matière d’extraction du CBD, alors ils seront toujours leaders du marché et la filière française ne décollera jamais. »