Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
26 Mai 2021 | Profession
 

Au moment même de la publication du communiqué AFP annonçant une évolution réglementaire sur la vente du CBD (voir 25 mai), les buralistes recevaient sur leur boite mail un message de la Confédération (# 20 Le Lien) précisant sa position. Extraits.

« Le Gouvernement confirme qu’il modifie la réglementation existante afin de rentrer dans le cadre européen. Le nouvel arrêté (remplaçant celui du 22 août 1990) s’imposera à toutes les administrations et juridictions. Désormais, nous avons une réglementation claire. 

« Ne seront autorisés à la vente que des produits comprenant du CBD ayant fait l’objet d’une opération d’extraction (en aucun cas le chanvre à l’état brut ne pourra être vendu). Autrement dit, seuls les produits suivants seront autorisés (avec teneur maximale en THC de 0,2 %) : e-liquides, produits alimentaires, huiles et crèmes. En revanche, la vente de feuilles et de fleurs de chanvre – à fumer, en tisane, quel que soit le conditionnement (sachets, pots-pourris) – reste prohibée, quel que soit son taux de THC (…)

« La Confédération a toujours voulu protéger juridiquement le réseau des buralistes et son statut. Elle demandait une réglementation adaptée, claire et sécurisante et plaidait pour la prise en compte de la forte demande des clients, intéressés par ce produit (…)

« Les buralistes vont pouvoir commercialiser des produits aux extraits de CBD en toute sécurité. C’est également un nouvel argument pour développer son offre vape. »