Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement au tabac
19 Avr 2015 | Profession
 

PMUOn vient d’apprendre que le PMU a dégagé, pour 2014, un bénéfice net de 850 millions d’euros « en légère baisse sur un an dans le sillage du chiffre d’affaires, mais supérieur à ses objectifs » selon la formule consacrée d’un communiqué, repris par une dépêche AFP.

Avec 850 millions euros de bénéfice (intégralement reversé à la filière hippique), effectivement, nous sommes légèrement en dessous de 2013 (854 millions) mais au dessus des objectifs (845 millions), « malgré la baisse des enjeux (-4,1 %, voir Lmdt du 12 janvier) et du produit brut des enjeux de -2 %.

« Cette performance a été rendue possible grâce à une stratégie offensive en France et à l’international et une gestion rigoureuse de l’entreprise » estime le PMU qui a vu Xavier Hürstel succéder à Philippe Germond, il y a sept mois (voir Lmdt du 27 septembre 2013).

Pour ce premier trimestre 2015, le produit brut des jeux continue à fléchir : -2 %. Les enjeux hippiques sont en baisse de -2,8 %, à 2,31 milliards d’euros. Seuls les paris sportifs tirent leur épingle du jeu : + 4,7 %, mais à 60,2 millions d’euros.

Il faut donc s’appuyer sur le réseau physique des titulaires PMU (12 000 points de vente, dont 6 000 buralistes), tout en l’adaptant aux tendances profondes du marché (voir Lmdt des 6 janvier 2015 et du 5 octobre 2014). Lancé en 2012, le « plan stratégique PMU 2020 » prévoit la mise en place effective, au second semestre, d’une première phase de déploiement de 3000 points de vente rénovés et segmentés selon 3 concepts : PMU Passion, Happy PMU et PMU Express. Cette rénovation devrait s’achever en 2017.