Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement au tabac
5 Déc 2021 | Profession
 

En novembre 2020, Nathanaël Lugbull (buraliste à Sochaux, Doubs) a attrapé la covid-19. Fatigue, douleurs musculaires ou encore pertes de mémoires, il subit encore les suites de cette maladie et témoigne sur France 3 Bourgogne Franche-Comté. Extraits …

(…) À Sochaux, derrière son comptoir, le buraliste tente de se tenir droit. Il inspire, expire, prend les commandes avec difficulté. Des efforts décuplés que Nathanaël doit effectuer depuis près d’un an. Il raconte : « c’est compliqué de rester debout, de devoir tenir des conversations, de réfléchir à chaque fois, au rendu de monnaie. »

•• En novembre 2020, Nathanaël contracte le virus. Sandrine, son épouse, et ses enfants aussi, chacun avec des symptômes différents. Le père de famille est le seul à être hospitalisé, puis placé sous oxygène. Il y reste un mois : « je ne m’en rappelle même pas, tellement j’étais dans le coltard. C’est comme s’il ne s’était passé que quatre ou cinq jours. »

(…) Un an après, la compagne de Nathanaël ne reconnaît plus son mari : « c’était quelqu’un d’hyperactif, il était toujours dehors, il adorait être dehors. Ses capacités physiques sont réduites. Ses capacités psychologiques aussi. Il le vit très mal. »

•• Et depuis, la vie de famille en prend un coup : « tout est un effort. Prendre son petit déjeuner, c’est un effort. Se raser, c’est un effort. Être à table avec les enfants et discuter, c’est un effort. Tout devient problématique. Autant pour lui que pour son entourage » confie Sandrine

« Le fait de ne pas savoir si c’est vraiment la maladie, ou si c’est autre chose. On ne peut pas comparer et les médecins ne savent pas. Tout le monde est dans le flou » se désole le quadragénaire.

•• Les patients atteints de covid long seraient près de 500 000 en France. Tous restent sans solution, comme l’explique Nathanaël : « il n’y a aucun suivi. La maladie est quand même nouvelle. On a l’impression qu’ils traitent l’urgence des cas de covid actuels, mais on ne traite pas les personnes atteintes de covid sur le long terme. »

À force d’entendre des témoignages de personnes atteintes de covid long, le député Michel Zumkeller (Territoire-de-Belfort) groupe UDI, Agir et indépendants) a émis une proposition de loi afin de créer un nouveau service : « une plateforme où on peut exprimer tous les symptômes que l’on a. Une plateforme suivie avec des questionnaires médicaux. Ces questionnaires sont ensuite analysés. Et l’assurance maladie et l’État vont guider ces personnes vers un vrai parcours de soin ». Le projet de loi a été voté à l’unanimité le 27 novembre dernier par l’Assemblée Nationale.