Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
25 Juin 2021 | Profession
 

Similitudes

• Isère. Le casse d’un bar tabac à Saint-Savin près de Bourgoin-Jallieu), dans la nuit du mardi 22 au mercredi 23 juin, n’a été constaté qu’au petit matin.

Les malfaiteurs ont fracturé la devanture du commerce et une fois à l’intérieur, se sont emparés du contenu de la caisse et ont raflé plusieurs cartouches de cigarettes. Ils n’ont cependant pas réussi à accéder à la réserve.

Ce cambriolage ressemble à deux autres, commis il y a près de deux semaines, à Roche et Saint-Chef (voir 16 juin).

Déjà incarcéré

• Finistère. Les enquêteurs n’ont pas eu à chercher très loin l’auteur du cambriolage d’un bar-tabac à Lambézellec (près de Brest) ce dimanche 9 mai. Le jeune homme avait déjà été incarcéré pour des vols commis dans des habitations ainsi que des utilisations frauduleuses de cartes bancaires.

Dans la nuit, il avait soulevé le rideau métallique pour s’emparer de 58 cartouches de cigarettes, de jeux à gratter et d’un fond de caisse. Le visionnage des images de vidéosurveillance a permis de le confondre et il a reconnu tous les faits ce 21 juin. Il est convoqué en comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité le 8 novembre.

Justice rendue à titre posthume 

• Manche. Victime de vols de cigarettes, le patron d’un bar-tabac-presse-épicerie du bourg de Saint-Marcouf était devenu méfiant.

Le 15 décembre 2019, quand un homme d’une trentaine d’années dont il avait de bonnes raisons de soupçonner les agissements est entré en annonçant vouloir prendre un verre, le buraliste l’a attrapé par le col pour l’ inviter à sortir.

Il y a eu bousculade et le commerçant s’était retrouvé au sol, avec plusieurs ecchymoses. C’est à cause de la marche qui l’a fait trébucher, a expliqué le client irascible convoqué ce mardi 22 juin devant les juges de Cherbourg pour violences.

Une explication qui n’a convaincu ni le substitut du procureur, ni les juges qui disposaient du casier judiciaire du prévenu lequel – sur six condamnations – comportait déjà deux mentions pour violences. L’agresseur a été condamné à quatre mois de prison ferme. Justice rendue à la victime, mais à titre posthume : il est décédé cette année au printemps, victime d’une longue maladie.