Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
15 Juin 2021 | Pression normative
 

Ces 60 cendriers devraient permettre un recyclage total des mégots de cigarette, via une entreprise bordelaise. Il s’agit d’une initiative du budget participatif de la ville d’Angoulême. Coût : 24 300 euros.

Un premier cendrier a été installé ce jeudi 10 juin sur l’un des arrêts de bus derrière l’hôtel de ville. 24 autres sont en train d’être posés  dans le centre-ville. Ils seront 60, à terme, à portée de main des fumeurs. « Nous devons encore déterminer l’emplacement d’une trentaine de cendriers, en concertation avec les acteurs des quartiers » annonce, dans La Charente Libre , le maire Xavier Bonnefont.

•• 24 300 euros ont été fléchés par la Ville dans le cadre du budget participatif 2019.

L’idée est d’un Angoumoisin, qui est aussi agent du service hygiène et santé de la ville. Les cendriers seront vidés plusieurs fois par semaine, et les mégots acheminés jusqu’à Villenave d’Ornon, près de Bordeaux, pour être recyclés par la société girondine Écomégot (voir 17 mai et 12 mars 2021, 4 mars et 13 janvier 2020).

•• 4 500 euros en plus seront déboursés chaque année par la collectivité pour les frais de fonctionnement. Des salariés d’Écomégot viendront également passer une demi-journée à Angoulême pour sensibiliser sur cette pollution quotidienne.

« C’est de l’encouragement au civisme » appuie Véronique de Maillard, adjointe en charge de la propreté urbaine. « On espère que nos agents auront moins de travail … Le ramassage est compliqué à certains endroits, entre les pavés du Vieil Angoulême, par exemple. »