Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement au tabac
11 Juil 2021 | International
 

Quand les talibans étaient au pouvoir en Afghanistan, entre 1996 et 2001, plusieurs activités ou passe-temps étaient complètement interdits, car considérés contraires aux préceptes de l’islam.

Le fait de fumer la chicha en étant un exemple. Mais depuis, ces occupations sont redevenues populaires.

Reste qu’une nouvelle menace pèse aujourd’hui avec le retour possible des insurgés talibans qui ont l’intention de rétablir leur émirat islamique. Pour le moment, ils multiplient les succès militaires depuis que les États-Unis ont commencé le 1er mai le retrait final de leurs troupes. D’où ce papier d’ambiance de l’AFP dont nous reproduisons une partie.

•• Sur les berges d’une rivière traversant la ville de Jalalabad (Est), Mohammad Salem et ses amis sont rassemblés autour d’une chicha, un vieux passe-temps redevenu à la mode. « Fumer la chicha, c’est très normal en ce moment en Afghanistan », confie Mohammad, en tirant d’un narguilé bouillonnant des bouffées de tabac parfumé aux fruits.

Les talibans y voient un produit stupéfiant, interdit par l’islam. Depuis la chute des talibans, les bars à chicha se sont multipliés dans le pays. Ils servent du thé au safran à leurs clients fumant le narguilé.

•• Propriétaire d’un de ces bars, Bakhtya Ahmad pense que la chicha est un bon moyen de garder les jeunes hors des rues ou hors de portée de la drogue. « Il y a la paix ici. Nous servons la chicha et jouons de la musique dans le café », observe Bakhtya. « Si les talibans reviennent avec leurs vieilles idées, alors ils nous en empêcheront. »

Ses clients sont du même avis. « On ne pourra plus aller pique-niquer ou fumer la chicha au bord d’une rivière comme aujourd’hui », regrette Mohammad.