Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
19 Jan 2019 | Trafic
 

Treize personnes ont été mises en examen, ce vendredi 18 janvier, dans une enquête qui porte sur des « quantités industrielles » de tabac de contrebande venant principalement d’Arménie, de Roumanie et d’Ukraine, a annoncé le parquet de Rennes.

Les interpellations ont eu lieu le lundi 14 janvier. 200 gendarmes, dont des hommes du GIGN de Nantes, mais aussi des policiers, des douaniers et des agents d’Europol, ont interpellé 21 personnes, au total.

•• Agissant sur l’ensemble de l’Europe, cette organisation disposait « de plusieurs dizaines d’hommes de main placés sous ses ordres à Rennes, Saint-Brieuc, Nantes » mais aussi dans d’autres endroits en France.

Le trafic du tabac de contrebande s’effectuait par avion ou en voiture. Des véhicules de tourisme spécialement aménagés pouvaient contenir 400 cartouches; et certains voyages s’effectuaient même en camion d’une capacité de 6 000 cartouches. Les enquêteurs ont comptabilisé … plus de cent voyages durant le temps des investigations.

•• Lors des interpellations, les forces de l’ordre ont saisi 23 000 euros en espèce, des faux documents d’identité, quatre véhicules, environ 180 cartouches de cigarettes et six armes de poing. Parmi les treize mis en examen, neuf ont été placés en détention provisoire et quatre placés sous contrôle judiciaire.

•• Menée sous l’autorité de la JIRS de Rennes (Juridiction interrégionale spécialisée), l’enquête aura duré plusieurs mois. Elle a vu travailler la Section de Recherches de la Gendarmerie de Rennes, l’Office central de Lutte contre la Délinquance itinérante et le Service national de Douane judiciaire.

À suivre.