Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
5 Oct 2017 | Observatoire
 

France info n’est pas particulièrement pro-tabac … Mais la manifestation des buralistes a inspiré la tribune de Nathalie Bourrus « En un mot », car le mot du jour de ce 4 octobre était « évidemment buraliste » (voir Lmdt du 4 octobre). Et la chroniqueuse de mettre les pieds dans la mare …

« Buraliste. Qui veut dire : préposé à un bureau de paiement, de recette. Et on aboutit au mot : bureaucrate. Le buraliste est en effet, derrière son bureau… de tabac. Mi aimable-mi désagréable. Gros ronchon ou alors monsieur et madame qui tiennent fièrement la baraque, leur bureau de tabac. Avec, si possible, le rade, juste à côté, où on s’enfile des petits blancs ou des gros Ricard, au choix.

« Ah mais aujourd’hui, le monsieur et sa femme sont de sortie. Ils sont allés déverser des centaines de carottes, devant le ministère de la Santé. C’est la rébellion du buraliste. Car le monde de la cigarette va être, à son tour, (y’a pas d’raison. C’est no limite) ubérisé ; un nouveau monde, celui de l’Uber-clope. Au menu : le paquet va passer à 10 euros. Ça fera : 100 euros la cartouche, c’est en le disant que je me rends compte que c’est juste énorme.

« D’ici 2020, fumer sera donc devenu une activité luxueuse. Et si, en plus, vous avez un yacht, vous avez tout bon. Pas d’ISF, donc de quoi acheter des tas de cigarettes et fumer comme un pompier, affalé sur votre canapé en cuir blanc, à bâbord. Et, si vous êtes riches ET radin : vous pourrez toujours envoyer votre boy en acheter à la frontière. Ah ça, ça marche bien. L’Espagne, la Belgique… c’est une affaire qui roule.

« 30% des achats de cigarettes se font sur les marchés parallèles. Ubérisation, à fond. Autre projet : la création d’une nouvelle cigarette. Carrément. Après OCB (Oxyde Carton Blindé), voici la LCB, La Cigarette du Buraliste. Elles seraient vendues, en France, à 6 euros 60. Ubérisation, à fond. Vous allez me dire : ça ferait du boulot, pour les fabriquer. Raté ! Elles seraient fabriquées en Bulgarie. 

« Car en France, on a des idées, mais on n’a pas d’tabac ! La dernière usine Seita a fermé. Oh là là quand je prononce ce mot, Seita… ça sent vraiment la cigarette, la Gauloise, la Gitane, la Boyard.

« Quand j’étais jeune, on en achetait, pour les refiler à ceux qui nous en piquaient, l’horrible et dégoûtante Boyard. En un mot : qu’il est loin le temps ou on « taxait » des clopes (« t’as pas une clope ? »), sans se faire enguirlander. Allez, je vais m’en griller une. »