Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
4 Oct 2017 | Profession
 

Environ 1 000 buralistes « en colère » venus de toute la France ont manifesté, ce mercredi 4 octobre, à Paris dans le calme pour dénoncer le paquet de cigarettes à 10 euros et réclamer un plan de lutte contre le marché parallèle, indique l’AFP dans une dépêche de ce soir (voir Lmdt de ce jour 1, 2, 3 et 4).

•• « Nous sommes une profession travailleuse, disposée à soutenir toute politique de santé publique qui s’avère efficace, mais en retour, nous demandons à être écoutés, par Bercy, par le ministère de la Santé, comme on nous l’avait promis et ce n’est pas le cas ! », s’est insurgé devant les manifestants Jean-Luc Renaud, secrétaire général de la confédération des buralistes.

•• Sur les diverses banderoles, on pouvait lire : « paquet à 10 euros, clients rackettés, commerces de proximité menacés » ou encore « hausse des prix du tabac = trafic à tout va ! ». Les buralistes ont défilé entre le ministère de la Santé et l’Assemblée nationale.

•• Un peu plus tôt dans la matinée, une centaine de voitures avaient mené, à l’appel de la fédération des buralistes d’Ile-de-France, une opération escargots entre Maisons-Alfort et la capitale, bloquant temporairement le périphérique parisien.

En juillet, les buralistes avaient manifesté en masquant des radars automatiques dans toute la France (voir Lmdt du 21 juillet)

•• Venu du centre de la France, Jean-Marie Sire, débitant de tabac dans une commune de 900 habitants, se dit « écœuré » par la politique menée contre le tabac actuellement.

« Nous sommes les seuls en Europe à avoir bientôt un paquet de cigarettes à 10 euros, quand nos voisins espagnols italiens proposent des paquets à 5 euros, ce n’est pas normal, on demande l’harmonisation des prix pour toute l’Europe », dénonce ce commerçant pour qui « le marché parallèle va exploser ».

Ce marché parallèle, qui comprend les ventes hors du réseau des bureaux de tabac, atteint déjà 27,1% de la consommation, selon une étude de KPMG.

•• Gérald Darmanin, ministre des Comptes publics, doit recevoir vendredi matin à Bercy une délégation de la confédération des buralistes.

« Nous allons rappeler à Monsieur Darmanin qu’à l’époque où il était encore maire de Tourcoing, il manifestait aux côtés des buralistes », a ironisé M. Renaud, avant d’ajouter « que dans 15 jours, devant le congrès des buralistes à Paris, il faudra que le ministre prenne la responsabilité de sa politique » (voir Lmdt du 3 octobre).

•• De son côté, Bernard Gasq, président de la fédération d’Ile-de-France exige deux mesures « qui formeront un plan contre le commerce parallèle, corollaire indispensable de cette hausse des prix : la mise en œuvre immédiate du protocole de l’OMS pour éliminer le commerce illicite du tabac, promesse d’Emmanuel Macron » et « l’aggravation des peines pour vol, recel et revente du tabac ».

•• Le prix du paquet de tabac doit augmenter six fois d’ici fin 2020 pour atteindre 10 euros, selon la ministre de la Santé Agnès Buzyn (voir Lmdt du 29 septembre).