Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
19 Juin 2019 | Profession
 

La Française des jeux a ouvert, le 4 avril dernier, un point de vente dans la galerie de l’hypermarché E.Leclerc à Avermes (Allier). Une décision qui suscite la colère de buralistes locaux. 

« Deux fois par an, on se réunit avec la FDJ pour parler des implantations. On tient compte du maillage territorial en place », explique Laurent Mazal (président de la fédération des buralistes Auvergne-Forez et administrateur de la Confédération) à La Montagne.

•• « Dans le cas de Leclerc, nous avons fait part de notre désaccord car c’est dangereux pour le réseau des buralistes qui vendent des jeux. On est de petits indépendants. Cette ouverture va appauvrir les buralistes qui travaillent autour de l’hypermarché ». Et cela arrive dans un contexte difficile pour le métier déplore Laurent Mazal : « on est en pleine crise. Beaucoup de commerces sont déjà à la peine. Là, la FDJ rajoute du mal au mal ».

En guise de protestation, certains buralistes ont scotché un bandeau noir sur les présentoirs de la FDJ ces dernières semaines. Certains ont aussi placardé une affiche en faveur de la sauvegarde du petit commerce.

•• Laurent Mazal va s’entretenir, cet été, du sujet avec Claude Riboulet, président du conseil départemental. « Le buraliste est souvent le dernier commerce dans les communes. L’implantation de la FDJ dans une grande surface va à l’encontre de ce que l’on veut mettre en place dans le département ».

•• De son côté, la FDJ avance qu’elle « a perdu du chiffre d’affaires dans l’Allier ». Cette ouverture dans la galerie de la grande surface d’Avermes répond à « deux fermetures de points de vente en 2018. Quand il y a des fermetures, on compense par des créations. On va vers des endroits où nous avons une opportunité ».

Elle rappelle que l’ouverture de ce nouveau point de vente à E.Leclerc a fait l’objet de « discussions préalables avec les points de vente alentours ».