Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
19 Juil 2018 | Trafic
 

Exemple typique d’un trafic très ordinaire. Une femme de 54 ans, résidant à Tourlaville (Manche), sa fille (29 ans), son fils (27 ans) et l’une des amies de ce dernier ont comparu, ce mardi 17 juillet, devant le tribunal correctionnel de Lisieux.

Entre 2015 et 2017, le « réseau familial » avait écoulé, sur Cherbourg, 994 kilos de tabac qu’il achetait directement au Luxembourg. Verdict : une amende douanière de 189 000 euros et des peines de prison de six mois avec sursis à sept mois ferme.

•• La mère et la fille avaient été interpellées, le 9 décembre 2017, après un accident de la circulation sur l’A13. Les gendarmes avaient alors découvert une quantité impressionnante de cartouches de cigarettes. Près de 51 kilos de tabac étaient stockés dans le Renault Picasso accidenté.

•• L’accusée principale, femme de ménage, avait eu l’idée du trafic, il y a trois ans, histoire « de payer le loyer et à manger ». Elle pilotait le réseau et fixait les tarifs pendant que ses enfants convoyaient la marchandise. Elle écope de sept mois ferme.

•• Poursuivie pour avoir assuré 22 voyages depuis la pointe du Cotentin, la fille de la principale prévenue a quant à elle été condamnée à deux mois de prison avec sursis. La jeune femme n’a retiré aucun bénéfice du trafic. Au contraire, elle aurait été exploitée par sa mère et son frère.

•• Le fils, peintre en bâtiment, condamné à sept mois ferme également, a reconnu que le business était lucratif : « en 2017, j’ai fait douze allers-retours. J’y allais tous les mois. Ça payait les     factures. » Chaque trajet permettait de dégager un bénéfice de 1 500 à 1 900 euros. Au total, la mère et le fils ont déclaré avoir partagé 33 000 euros.

•• Sans emploi, l’amie du fils, une mère de famille de 33 ans, était quant à elle chargée de prendre les commandes et de redistribuer les cartouches de cigarettes, une fois celles-ci livrées, à Cherbourg : « j’avais une dizaine de clients, des amis à qui je voulais faire plaisir. Moi, je ne fume même pas ». Le tarif était imbattable, la demande toujours plus importante. Alors, peu à peu, les voyages vers le Luxembourg se sont rapprochés les uns des autres.

•• Le réseau familial avait ses habitudes … au Luxembourg, où il achetait le tabac toujours au même endroit. Certaines factures dépassaient 4 000 euros.

Ils mettaient les paquets dans des chariots et puis chargeaient la voiture. « Personne ne nous a jamais rien demandés », a précisé la patronne de ce petit réseau familial.