Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
8 Jan 2020 | Associations, E-cigarette
 

Dans le premier numéro du Losange de cette année 2020 (voir 6 janvier 2020), Vincent Durieux revient sur l’activité de France Vapotage qu’il préside et sur l’actualité de la vape dans notre pays (voir 8 novembre et 8 octobre 2019). Extraits :

•• Sur le marché : « La croissance à terme reste solide, même si l’impact de la crise aux États-Unis a été réel, ces derniers mois (…) Cependant, un certain nombre de déclarations rassurantes ont émané aussi bien des professionnels opérant en France que des pouvoirs publics ou encore de la communauté scientifique.

Le message doit cependant continuer d’être relayé auprès des consommateurs de ne pas utiliser des produits du vapotage vendus en dehors des réseaux officiels (…) L’e-cigarette reste ainsi un produit porteur, que de plus en plus de Français s’approprient : on compte aujourd’hui déjà plus de 3 millions de vapoteurs dans notre pays » (…)

•• Sur une nécessaire évolution de réglementation en France : « Aujourd’hui, le cadre réglementaire ne nous semble pas adapté pour les produits du vapotage. Ainsi, certains liquides, parce qu’ils contiennent de la nicotine, sont soumis, à juste titre, à un encadrement extrêmement strict, mais au risque de les associer aux produits du tabac (…) D’autres produits, au contraire, ne sont pas soumis à de telles obligations réglementaires, ce qui fait peser un risque potentiel sur la qualité de certains liquides, outre l’existence de comportements inadaptés. »

•• Sur les demandes aux pouvoirs publics : « Nous demandons une reconnaissance pleine et entière du secteur :

garantir la sécurité du consommateur avec l’instauration d’un cadre réglementaire commun à tous les produits du vapotage (…)
donner davantage de possibilités pour informer les consommateurs sur les bonnes pratiques du vapotage et communiquer auprès des consommateurs potentiels, c’est à dire les fumeurs adultes ;
favoriser le développement d’une politique de santé publique qui reconnaisse vraiment l’intérêt du vapotage dans le cadre d’une stratégie de réduction des risques et qui l’intègre dans ses campagnes officielles de lutte contre la prévalence tabagique. »