Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
16 Juil 2019 | Profession
 

Ce ras-le-bol intervient après de nouvelles dégradations tôt lundi matin, aux alentours de 3 heures du matin, après la qualification de l’Algérie à la Coupe d’Afrique des Nations.

Plusieurs vitrines de l’avenue de Wagram ont été vandalisées, des poubelles, des scooters et des vélos dégradés. Les commerçants projettent de se regrouper en association pour porter plainte contre l’État pour « non-assistance à commerce en danger ».

•• C’est le cas de Philippe Rousselle, face à la vitrine explosée de son bureau de tabac, qui déclare à France Bleu Paris : « Ils m’ont fracturé mon rideau, ils m’ont cassé mes vitres, ils m’ont certainement bousillé mon moteur électrique… Il va falloir encore avancer l’argent, se faire rembourser par les assurances, c’est le ras-le-bol !

« On est écœurés, on travaille 15 heures par jour, on se fait braquer, on se fait bousiller nos vitrines. Monsieur Macron qu’attendez-vous ?? Ça fait une trentaine d’années que c’est le bazar mais là, trop c’est trop !!! »

•• Un ouvrier tente de faire au plus vite pour que le tabac puisse rouvrir. À côté même chose, le verre brisé de la vitrine d’un magasin de vin est éparpillé au sol. Plus loin un scooter tient encore debout, calciné.

La maire du 8ème arrondissement de Paris, Jeanne d’Hauteserre, demande de son côté l’interdiction des manifestations dans le secteur.