Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
23 Mai 2020 | Observatoire
 

Effectif depuis le 11 mai, l’effet « 50 euros » du paiement sans contact a été immédiat : en trois jours, du 11 au 14 mai, le GIE Cartes Bancaires a enregistré quelque 3 millions de transactions entre 30 et 50 euros, soit 15 % de transactions sans contact supplémentaires.

Aiguillonnées par Bercy , les banques ont ainsi mis les bouchées doubles pour réussir ce basculement du plafond à 50 euros, le maximum autorisé par la réglementation européenne (voir 18 avril), relate Les Échos.

Ainsi, souligne le GIE CB, le paramétrage de 70 millions de cartes bancaires a débuté dès le 18 avril, ainsi que celui des 1,7 million terminaux de paiement « sans contact » et des systèmes d’autorisation des banques. Et des milliers de tests ont été effectués courant mai.

•• Aujourd’hui, selon le GIE CB, 90 % des cartes sans contact acceptent le nouveau plafond. Et il anticipe un nouveau bond du paiement sans contact, qui s’inscrit déjà dans une forte dynamique de croissance (3 milliards de transactions en 2019, un volume multiplié par trois en deux ans). Près de 80 % des paiements par carte sont en effet inférieurs à 50 euros et un tiers des paiements inférieurs à 30 euros (qui représentent au total 60 % des transactions) sont toujours effectués avec le code.

Selon Les Échos, reste que 30 % des commerçants n’acceptent pas encore le sans contact. Mais nombreux sont ceux qui devraient s’équiper prochainement pour répondre à ces nouveaux usages, notamment dans certains commerces sous-équipés, comme … les buralistes ou les boulangeries, selon le quotidien.

•• Le cash est-il menacé pour autant ? Rien n’est moins sûr. Selon FEDESFI, qui regroupe les entreprises de sécurité fiduciaire (ex : Brinks), les commandes d’espèces ont grimpé de 20 % sur les deux premières semaines précédant le déconfinement.

Et depuis le 11 mai, les volumes ont augmenté à nouveau de 17 % sur une semaine glissante. Même constat sur les distributeurs de billets : le volume des retraits, le 12 mai, a été presque équivalent à celui d’il y a un an, selon une source bancaire.

La profession a cependant peu apprécié la communication des banques en faveur du sans contact, jugée « déloyale ». Et la FEDESFI vient de saisir la Direction Générale de la Concurrence et de la Répression des Fraudes (DGCCRF) sur des cas de refus de paiement en espèces dans certaines enseignes.