Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
10 Juin 2018 | Profession
 

Lourdes peines 

• Val-d’Oise. Poursuivi pour la tentative de braquage d’un bar-tabac à Gonesse, le 15 juillet 2015, un homme de 27 ans a été condamné à six ans de prison par le tribunal correctionnel de Pontoise, ce vendredi 8 juin. Un de ses complices, absent à l’audience, a pris quatre ans.

Ils avaient débarqué armés à trois ce matin-là. Mais le buraliste avait réussi à quitter le commerce par la porte de derrière, pendant que son chien mettait en fuite les agresseurs qui étaient remontés dans leur Kangoo. La victime avait donné l’alerte, ce qui avait permis à la police de repérer rapidement la voiture, déjà placée sous surveillance. Après une course-poursuite qui s’était terminé en accident, deux des fuyards à pied avaient été arrêté à Saint-Denis.

L’enquête avait permis de leur attribuer un autre braquage réussi dans un bar-tabac, à Livry-Gargan, six jours avant.

Épilogue d’une virée 

• Finistère. Quatre jeunes comparaissaient, ce vendredi 8 juin, devant le tribunal de Brest pour le cambriolage d’un débit de tabac à Guilers, fin avril (voir Lmdt des 4 et 2 mai).

Cette nuit-là, le quatuor aurait décidé de faire une virée en voiture et d’aller prendre l’air pour fumer du cannabis. Partant de Brest, à bord d’une voiture « empruntée », la bande s’était arrêtée finalement à Guilers où a été commis le forfait. Raisons avancées : dette de stupéfiant et prise de cachet … Sur le chemin du retour, le conducteur, sans permis, avait heurté un abribus.

À 4h33, les gendarmes avaient découvert le véhicule accidenté et, à cinq cents mètres de là, les quatre attendant le tram, avant même que le cambriolage ne soit découvert à 6h30. Des traces d’empreintes ainsi qu’une trace de sang à proximité de la fenêtre brisée du débit allait mettre en cause l’un des prévenus.

Verdict : de six mois ferme à des peines d’intérêt général sur une période de dix-huit mois. Les quatre devront verser 800 euros au buraliste pour préjudice moral.