Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
1 Avr 2016 | Associations
 

Yves BurJusqu’où va s’étendre la liste des candidats à la primaire de novembre pour désigner le prétendant des Républicains à l’élection présidentielle de 2017 ?

C’est la question que l’on peut légitimement se poser après l’annonce – hier soir sur France 3 Alsace – de la candidature de l’ancien député et président de la Commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale Yves Bur.

« Je vais profiter de la primaire pour faire passer le message de la lutte absolue contre le lobby du tabac, tel qu’il se présente sous ses multiples formes tentaculaires. Il est temps que les Français prennent conscience des vrais enjeux qui se posent à notre pays » a-t-il déclaré avant de s’exclamer : « Marisol Touraine ne va pas assez loin, c’est le paquet neutre à 12 euros qu’il nous faut ! ».

Après avoir rafraîchi la mémoire de ses lecteurs sur qui était exactement Yves Bur, Le Figaro de ce matin décrypte cette annonce surprise en attribuant à l’ex-député du Haut-Rhin un certain ressentiment à l’égard de Nicolas Sarkozy, lequel a déclenché récemment la polémique avec ses déclarations hostiles au principe du paquet neutre (voir Lmdt des 4 et 6 février).

« C’est par vengeance qu’il roule pour Alain Juppé » a expliqué au quotidien un sénateur, familier du dossier. Avant de rappeler les multiples et implorantes sollicitations, faites en son temps, par Yves Bur auprès de l’ancien président de la République pour décrocher un poste ministériel. À la Santé de préférence. En vain.

La Lettre de l’Expansion avance une autre hypothèse : en « roulant » objectivement pour Alain Juppé, et en contribuant à lui ouvrir le chemin de l’Elysée, Yves Bur espère donner aussi un discret coup de main à son amie Michèle Delaunay qui lorgne avec insistance sur la mairie de Bordeaux.

Subtilités de la politique politicienne.