Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
22 Avr 2021 | Profession
 

Épisode numéro 35 de la revue de presse des témoignages sur la Transformation et le développement commercial des buralistes (voir 20, 19 et 13 avril).

Face aux multiples fermetures de bars à cause du Covid, un buraliste de Moreuil (4 000 habitants, 22 kilomètres d’Amiens) a décidé d’arrêter pour de bon son activité bar en janvier dernier pour proposer de nouveaux services. La nouvelle devanture donne le ton  : vaping, cigares, jeux, presse, épicerie.

 •• « Je pense que la crise va durer longtemps et si c’est pour fonctionner trois mois dans l’année, ce n’est pas la peine. Cela devenait compliqué » explique-t-il au Courrier Picard. « On a investi des fonds dans le commerce donc on ne voulait pas tout perdre. Je me suis dit qu’il était temps de changer. Plus on attend, plus on s’enfonce dans la crise ».

Les clients ont désormais un accès plus large aux produits de la vape, à un choix d’épicerie, à une partie cave avec de la bière et du vin, mais aussi à du high-tech comme des câbles de téléphone ou des piles, à des bijoux et à de la maroquinerie.

•• « On a beaucoup de demandes sur la presse et les cadeaux. Comme les gens n’ont pas le droit d’aller à plus de 10 kilomètres, ils ont une offre près de chez eux. Le PMU aussi fonctionne bien ». Les services de relais colis et de compte Nickel aussi. Le patron se félicite de ce changement qui semble avoir séduit une nouvelle clientèle : « je suis passé de 150 clients jour à 300 ».

D’ici peu, il devrait installer une enseigne presse sur la devanture du magasin afin de se faire encore davantage connaître. Mais déjà, il en est sûr, son pari a été gagnant : « cela ne fait que deux mois que c’est en route. Ça commence à venir. Proposer un peu de tout au même endroit est un bon choix ».

 •• Un choix approuvé par Philippe Laveau, président des buralistes de la Somme : « je suis ravi qu’il y ait des gens qui prennent des risques et ce, même si les risques étaient calculés ».

La diversification est pour lui l’une des solutions : « …comme la rénovation des locaux, la localisation, les horaires, mais oui, la diversification y contribue ».