Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
20 Juin 2021 | Profession
 

Face aux producteurs italiens et espagnols de Prosecco et autres Cava, la marque « Chandon » de Moët Hennessy (LVMH) surfe sur la vague du cocktail spritz et veut devenir un acteur de poids sur le marché du vin pétillant dont la croissance est cinq fois plus forte que celle du vin.

Depuis les années 1950, Moët Hennessy exploite en Argentine, au Brésil, aux États-Unis et en Australie des vignes qui produisent un vin pétillant et vendu pour l’essentiel dans ses zones de production. Selon Les Échos, les dirigeants de la branche vins et spiritueux du groupe LVMH estiment qu’elle peut prendre le risque d’enrichir l’offre et élargir la distribution de « Chandon » à de nouveaux horizons sans risque de cannibaliser ses marques de champagnes, à commencer par Moët & Chandon.

•• Pour marquer la différence et éviter toute confusion, « Chandon » propose dès ce mois de mai, en France (mais aussi au Royaume-Uni et en Europe du Nord) une bouteille baptisée « Chandon Garden Spritz », un cocktail déjà préparé mariant le vin pétillant des vignes argentines à des zestes d’oranges locales macérées, compotées et mêlées d’épices.

Pour marquer l’identité du nouveau produit, le design des bouteilles Chandon, qui rappelait les codes du champagne, a également été revu avec notamment une étiquette verticale.

•• La bouteille de « Chandon Garden Spritz » sera vendue autour de 19 euros chez les cavistes et par les sites de l’e-commerce (dont Chandongarden.com) et autour de 35 euros dans les bars et restaurants qui pourront proposer le verre entre 8 et 10 euros, soit le prix d’un spritz traditionnel à Paris.

Si le succès est au rendez-vous, « Chandon » pourrait à terme exporter depuis ses différents vignobles ses autres vins pétillants afin de devenir une marque forte et globale sur un marché très fragmenté.

Chandon vend environ 20 millions de bouteilles par an, ses deux principaux marchés étant les États-Unis et l’Argentine. Les vins pétillants pèsent 6 % du marché du vin, le champagne ne représentant qu’une faible part en volume.