Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
26 Août 2014 | Profession
 

TabacultureLe manque de chaleur, de beaucoup de chaleur … Il n’y a pas que les vacanciers qui souffrent de la météo « pourrie » de cette été 2014. Le tabac, plante tropicale s’il en est, risque d’en faire les frais. Après beaucoup d’espoir, les planteurs de tabac sont désormais beaucoup plus réservés. C’est ce que confirment des tabaculteurs alsaciens dans un reportage de France 3 Alsace, diffusé en début du week-end dernier.

Dans les environs de Hochfelden, la récolte a commencé il y a deux semaines. Certaines exploitations de tabac tirent leur épingle du jeu, grâce à un printemps favorable à l’épanouissement de la plante. Mais, dans les champs du Kochersberg ainsi que dans les environs de Sélestat, le mauvais temps de ces dernières semaines a fait de gros dégâts : la pluie a inondé les parcelles, le vent a couché les plants, relativement fragiles, l’humidité a encouragé le développement de certaines maladies. Sur l’ensemble de la coopérative, 200 hectares ont déjà été détruits.

Quand ils ont pu procéder à une récolte, les tabaculteurs notent aussi des signes de détérioration de la qualité de la plante, du fait des caprices du ciel. Comme ces feuilles récoltées sous la pluie, lors d’un orage surprise : tabac plus marron et plus terne ainsi qu’un début d’odeur de moisi ou de terre.

Malgré ces aléas, les tabaculteurs alsaciens tablent sur une meilleure récolte que celle de l’année dernière, à condition que le climat se réchauffe un peu …