Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement au tabac
19 Déc 2014 | Observatoire
 

Fondation GatesLa revue médicale The Lancet a publié, ce jeudi 18 décembre, une gigantesque « autopsie » des 55 millions de personnes décédées l’an dernier à l’échelle mondiale. L’enquête, financée par la Fondation Gates, passe en revue 240 causes de décès dans 188 pays pour en tirer des enseignements pour les politiques de santé publique. Et où la France se fait remarquer par la baisse des budgets de prévention …

Les principaux résultats : l’espérance de vie mondiale a progressé d’un peu plus de six années entre 1990 et 2013, passant de 65,3 à 71,5 ans. Sous l’effet du recul de certaines maladies chroniques dans les pays développés (la plupart des cancers ont diminué de 15 % et les maladies cardio-vasculaires de 22% en 23 ans) et celles des maladies infectieuses dans les pays en voie de développement.

PlanèteReste que les trois premières causes de décès, dans ces 188 pays, sont toujours les mêmes depuis 1990 : maladies cardiaques (8,1 millions), accidents vasculaire cérébraux (6,44 millions) , affections pulmonaires (5,58 millions). Suivies de la maladie d’Alzheimer (1,65 million), du cancer du poumon (1,64 million) et des accidents de la route (1,39 million).

Et la France ? Les femmes vivent désormais jusqu’à 85 ans et les hommes 78 ans. Mais un Français sur cinq meurt avant 65 ans. En cause, toujours les maladies cardiaques et les AVC, Alzheimer (mortalité multipliée par deux en 23 ans), les cancers du poumon (+ 49 %) et les diabètes (+ 70 %). Et un spécialiste de santé publique, comme François Alla, professeur à l’Université et au CHU de Lorraine, de faire remarquer : « ce sont des facteurs de risques évitables pour la majorité, grâce à la prévention. Mais la France a réduit ses budgets avec la crise économique. Elle gagnerait à investir dans la prévention, pour limiter les dépenses de santé ».