Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements liés directement ou indirectement au tabac
4 Juil 2017 | Profession
 

« Le paquet à 10 euros : 
une formidable aubaine pour le marché parallèle,
 un incroyable manque de concertation avec les buralistes ! » titre la Confédération des buralistes dans un communiqué suite à l’annonce du Premier ministre (voir Lmdt de ce jour). 

« Dans son discours de politique générale, Édouard Philippe vient d’annoncer que le prix du paquet de cigarettes « serait porté progressivement à 10 euros ». Sans précision de calendrier, ni surtout dans la moindre concertation avec la profession.

Pour les buralistes, avec une telle annonce, juste avant les vacances, c’est une véritable hécatombe qui se prépare, notamment dans les zones frontalières, alors que le marché parallèle est toujours aussi haut, avec près de 30 % de la consommation.

•• Dans son discours de politique générale, Edouard Philippe vient d’annoncer que le prix du paquet de cigarettes serait progressivement porté à 10 euros. « C’est une pure folie ! C’est une véritable course à la surenchère ! Pour nous ce sera une hécatombe ! », dénonce Pascal Montredon, président de la Confédération des buralistes.

Car, alors que le marché parallèle (ce qui n’est pas vendu par les buralistes) est à près de 30 % de la consommation, augmenter le prix du paquet à 10 euros – soit une hausse de 43 % du prix actuel de la marque la plus vendue – ne ferait que pousser plus de fumeurs à aller acheter leur tabac aux frontières, dans la rue, ou sur Internet. Une aubaine pour les réseaux mafieux et les trafiquants de tout poil.

•• Les administrateurs de la Confédération des buralistes se réuniront demain au siège de la Confédération à 9h30, et décideront des modalités de leur réaction et notamment de l’organisation de manifestations de protestation.

•• « S’ils veulent vraiment faire baisser le tabagisme, qu’ils commencent à établir un grand plan de lutte contre ce fléau, qui décrédibilise toute politique de Santé publique, casse le réseau des buralistes, au lieu de chercher à nous faire disparaitre ! », s’insurge Pascal Montredon.

• Au niveau européen, à partir du moment où il est établi que le tabac est un produit dangereux, il est anormal qu’il puisse circuler librement. « Il faut rétablir des restrictions d’importation de tabac strictes ! », précise le Président de la Confédération.

• Au niveau national, il est nécessaire de mettre en place un grand plan de lutte, avec comme principales mesures :
. un moratoire sur la fiscalité du tabac
– Une coordination entre Douanes, Police nationale, Gendarmerie et la magistrature
. des campagnes de sensibilisation de l’opinion publique
. des actions coup de poing aux frontières, sur les circuits de livraison des colis, dans les quartiers où le trafic sévit

. des conventions avec les expressistes pour refuser le tabac acheté sur Internet

. des contrôles renforcés auprès des autocaristes organisant des voyages dans les pays voisins

. renforcement des sanctions : fermeture immédiate d’un commerce vendant des cigarettes de contrebande

•• La Confédération des buralistes, en lançant LCB (La Cigarette du Buraliste), s’engage à son niveau contre le scandale du marché parallèle car c’est la seule cigarette que l’on ne trouvera que chez les buralistes français. Une initiative destinée à frapper les esprits, à montrer que le réseau prend ses responsabilités et agit concrètement à son niveau ».