Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement au tabac
23 Mar 2017 | Trafic
 

Au lendemain du démantèlement d’un important réseau de cigarettes de contrebande basé à Nîmes (voir Lmdt du 21 mars 1 et 2), le bilan 2016 de la Douane en Languedoc-Roussillon marque un décrochage des saisies par rapport à l’année précédente de -72,9 % pour le tabac – dans la tendance de ce qui se passe au niveau national (voir Lmdt du 16 mars) et de -15 % pour les drogues. 

•• « Il y a eu un recul des saisies car on a été contraint à d’autres missions, notamment au titre de la lutte contre le terrorisme avec des contrôles renforcés aux aéroports » a commenté François Brivet, directeur régional de la Douane sur France Bleu Gard Lozère, ce mercredi 22 mars. « Mais, depuis le début de l’année, il y a eu des saisies significatives de cannabis sur l’A9. Et, concernant le tabac, beaucoup de la marchandise venait essentiellement d’Andorre ».

« Je voudrais insister sur le rôle que la Douane joue vis-à-vis des buralistes. Nous avons engagé un certain nombre de contrôles dans des épiceries de nuit, des taxiphones et des commerces de bouches. Ce n’est pas spectaculaire car les quantités saisies sont faibles. Mais c’est une action importante que la Douane mène ».

•• C’est le message qu’avait repris Ghislaine Mazoyer (présidente de la chambre syndicales des buralistes du Gard), la veille sur France 3 Languedoc-Roussillon : « Il va falloir continuer à travailler. Ce marché est tellement lucratif qu’on craint que des épiceries continuent à vendre des cigarettes du marché parallèle. On se bat depuis dix ans à Nîmes sur ce phénomène.

« On veut qu’il y ait une vraie lutte qui se mette en place et nous on sensibilise les candidats à la présidentielle et aux législatives pour que ce travail soit vraiment fait et soit suivi ».