Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement au tabac
4 Oct 2016 | Observatoire
 

Rapport malnutrition obesiteDans son dernier rapport sur les enjeux liés aux ressources alimentaires et à la nutrition, le groupe d’experts britannique « Global Panel on Agriculture and Food Systems for Nutrition » met en garde les pays développés ou en voie de développement contre la malbouffe.

• Cette étude, relayée par Le Point.fr ce lundi 3 octobre, montre précisément que le nombre de maladies liées à une mauvaise alimentation est plus important que le nombre de maladies liées au tabac, à l’alcool et aux rapports sexuels non protégés réunis.

À preuve, le développement de maladies comme le diabète, l’hypertension artérielle, la malnutrition infantile, l’hypoglycémie, le surpoids et le cholestérol. Soulignant que toutes ces maladies ont et auront (de plus en plus) des conséquences importantes sur l’économie même, ces experts appellent à une réaction des Etats, semblable à celle mise en œuvre pour le tabac ou le VIH.

• L’obésité touche principalement les pays développés (voir Lmdt des 20 juillet 2016, 23 septembre et 8 mai 2015), mais la tendance commence à s’inverser. Les pays en voie de développement connaissent une augmentation du taux de surpoids aussi importante que celle du taux de sous-nutrition. Les experts pointent du doigt la qualité de l’alimentation : si l’apport calorique est nécessaire pour ne pas être sous-alimenté, il doit être aussi de qualité pour ne pas entraîner des maladies liées à la malnutrition.

Par ailleurs, la consommation de boissons sucrées et de viandes transformées est en augmentation dans toutes les régions du monde, à des degrés divers.

• Le Point rappelle en conclusion que le poids économique des effets de la malbouffe est estimé, pour la France, à 20 milliards d’euros par an (26 milliards pour le tabac, 15 milliards pour l’alcool) et va aller en progressant avec l’augmentation des personnes en surpoids.